Limperatrice – L’étoile Axe III-XVII

Limperatrice
03

 

L’IMPERATRICE

III

LIMPERATRICE: 12+9+13+16+5+18+1+20+18+9+3+5= 129. 1+2+9=12. 1+2= 3. Cette addition nous confirme que L’impératrice n’est pas une usurpatrice du trône qu’elle occupe. C’est elle qui, bien inspirée, permet aux idées et aux biens de circuler. Elle favorise donc autant l’empire des idées et des lettres que celui du commerce. Mais on parle encore ici de mouvement et de circulation. Chez L’empereur, on thésaurise. Elle est extravertie, contrairement à La papesse. Son royaume est en partie de ce monde. C’est une visionnaire pratique. Ses visions, elle peut les inscrire, les écrire, dans la réalité.

Nous ne pouvons nous empêcher de reconnaître ici la main éclairée de la mystique Hildegarde de Bingen, cette abbesse bénédictine née en Rhénanie que nous tenons pour une des initiatrices du Tarot, avec Suger dont elle aurait continué l’œuvre. Le surnom d’Hildegarde était également La prophétesse. Nous croyons que cette lame lui est dédiée. Le sceptre que L’Impératrice tient à la main gauche est couronné dans sa partie supérieure par le globe du monde, tout comme celui de l’Empereur. L’activité de ces deux personnages est liée à un pouvoir temporel bien de ce monde. Cet Arcane avertit le consultant que son activité devrait s’orienter vers une production économique ou culturelle quelconque.

L’Impératrice est la patronne des lettrés en tout genre. Elle décrit les circonstances où une activité résolue est nécessaire afin de profiter au maximum d’un climat d’inspiration propice. Ceci étant dit, il y a un contenu spirituel dans cette lame. L’aigle est le symbole du Saint-Empire germanique. Notre impératrice est une allemande. Ici, l’aigle sur son blason représente l’activité de l’âme et de l’esprit qui en est le véhicule. Comme nous le verrons plus loin, le mot blason signifie d’ailleurs signe ou langage secret. Le message ici serait Lire le signe de l’aigle. Le même message apparaît sur l’Arcane IV qui suit et sur le Deux de Coupe.

Hildegarde de Bingen était tellement attachée à l’image de l’Aigle qu’elle en avait fait son animal blason. Nous allons citer une phrase d’Hildegarde transmise jusqu’à nous par l’entremise d’un texte intitulé Patrologica latina. Elle écrit que dans une vision de guérison, les anges eux-même la nomment aigle :¨Aigle ! Aigle ! Pourquoi dors-tu ? Lève-toi ! C’est le lever du soleil, mange et bois…¨ [1]

Pour les mystiques du Moyen-Âge, l’aigle représente la vision de Dieu, ses ailes la prière. Ici, la main droite repose sur l’aigle, qui est aussi une image du Christ. L’activité intellectuelle en relation avec Dieu est ce qui caractérise notre Impératrice. Nous reconnaissons Ennoia, la Pensée, la compagne du Père selon Valentin, le maître gnostique du IIe siècle.[2] Chez les moines, la vie de l’esprit est une des caractéristiques de la démarche ascétique. On la nomme exercitium ; c’est la démarche complémentaire de militia que nous rencontrerons au chapitre sur L’empereur. Cet exercice de l’esprit en tant que procédé ascétique est un concept qui remonte au monde grec.

Sans entrer dans une description de la mouvance religieuse parallèle nommée le Libre Esprit qui s’en inspire, on peut toutefois rappeler que cet aspect intellectuel de l’ascèse était au cœur des pratiques de ce mouvement hétérodoxe. La pratique de l’ascèse était l’objet de tous les soupçons et elle a fait l’objet de vifs débats. En ce qui nous concerne, le couple Impératrice/Empereur explique clairement les deux aspects mentionnés. Et puisque l’aigle, le Christ, est présent ici, cet Arcane illustre une autre figure christologique. Nous croyons que sa représentation ailée est celle du Christ-Ange, un concept qui date du IVe siècle et qui fut fort populaire auprès des foules. Il fut rejeté par l’Église en 325 au Concile de Nicée.[3]

• • •

L’Impératrice cherche à garder l’aigle sur terre. Les ailes qu’elle porte elle-même au dos lui accordent la possibilité d’atteindre elle aussi des sommets. Ce sont les «ailes de la foi », une expression crée par la Hildegarde de Bingen. Ces ailes d’ange se confondent avec le dossier de son trône. Les deux ne font qu’un. C’est une allusion théologique directe au premier des trois ordres parmi les trois chœurs de la hiérarchie des anges, séraphins, chérubins et… trônes ! «Quand au nom de Trônes, très sublimes et très lumineux, il indique l’absence totale en eux de toute concessions aux biens inférieurs, cette tendance continue vers les sommets qui marque bien qu’ils ne sont point d’ici-bas, leur indéfectible aversion à l’égard de toute bassesse, la tension de toutes leurs puissances pour se maintenir de façon ferme et constante auprès de Celui qui est véritablement le Très Haut, leur aptitude à recevoir dans une totale impassibilité, loin de toute souillure matérielle, toutes les visitations de la Théarchie, le privilège qu’ils ont de servire de siège à Dieu et leur zèle vigilant à s’ouvrir aux dons divins.» [4]

Voilà qui correspond tout à fait à l’image que devait avoir d’elle même Hildegarde de Bingen. La place préférée de cet ange impératrice est donc le trône, là où elle exerce un ministère spirituel actif et réfléchi. Il n’y a rien qu’elle préfère autant que de mettre en contact les uns avec les autres les éléments d’un tout. Son rôle de médiatrice, lorsqu’il est assumé, fait d’elle une star et nous allons, pour mieux connaître sa nature profonde, nous attarder à cette Étoile qui lui est associée. (La somme des lettres du mot impératrice donne 117). Nous découvrirons au chapitre suivant les mécanismes de l’inspiratrice intérieure qui habite L’impératrice et qui en font une visionnaire. Mais il est possible déjà de se pencher sur une prédiction contenue dans cet Arcane.

nif_21.jpg

Sur le Tarot du Bicentenaire Camoin, l’aile droite de l’aigle de L’impératrice porte une inscription: Nif 21. Inversé, nif donne fin et 21 est XXI ou Le monde. Le tout signifie Fin du monde! Au Moyen Âge, une prédiction fameuse portait sur la fin du monde. Vincent de Beauvais cite dans son Miroir historique la voyante Hildegarde de Bingen Celle-ci, qui à partir de 1150 était l’abbesse bénédictine de Saint-Rupert sans toutefois en avoir le titre formellement, avait prédit, telle la sibylle Érythrée des temps antiques, la fin du monde pour après l’an 1180 [5].

Hildegarde est décédée en 1179. Elle a été canonisée. C’est donc une sainte de l’Église catholique en bonne et due forme même si son dossier de canonisation a été perdu. Elle est l’auteure de la formule fameuse, un jeu de mots en 17 lettres dédié à la Vierge : MARIA, MATER, MATERIA : 13+1+18+9+1+13+1+20+5+18+13+1+20+5+18+9+1= 166.

Trois mots, 17 lettres, c’est un rappel de l’axe III-XVII. Le nombre 166 a déjà été rencontré et commenté.

17

L’ÉTOILE/LE TOULE

XVII

Enfin le voici, le dix-sept, qui est sans pareil dans la république des nombres. Sa sonorité le porte aux confins des galaxies et, bien canalisé par le trois qui lui fait face, il apporte partout où on l’entend, le souffle invisible de la musique des sphères. Cette musique est aussi celle qui accompagne le chant des sirènes. C’est une nymphe qui se présente ici. En voir une nue sous le soleil, comme celle-ci, pouvait causer la folie.

Mais cette image de l’eau et de la nymphe sous le soleil est un amalgame symbolique ingénieux pour illustrer la divination. Mircea Eliade : «Les oracles sont souvent situés dans le voisinage des eaux. (…) La puissance prophétique émane des eaux, intuition archaïque que nous rencontrons sur une aire très vaste.» [6] «Au milieu du jour, en pleine chaleur, (les nymphes) troublent l’esprit de ceux qui les aperçoivent. Le milieu du jour est le moment de l’épiphanie des mythes. Celui qui les voit devient la proie d’un enthousiasme nympholeptique. C’est pourquoi, au milieu du jour, recommande-t-on de ne pas s’approcher des fontaines, des sources, des cours d’eau ou à l’ombre de certains arbres. Une superstition plus tardive parle de la folie vaticinatrice qui s’empare de celui qui aperçoit une forme sortant de l’eau. Dans toutes ces croyances, la vertu prophétique des eaux persiste (…). Ce qui persiste surtout, c’est le sentiment ambivalent de peur et d’attirance à l’égard des eaux qui désintègrent (la <<fascination>> des nymphes amène la folie, l’abolition de la personnalité) et qui germent à la fois, qui tuent et qui aident à la naissance.» [7]

En plus de la divination, le complexe symbolique de la source recouvre également les thèmes connexes de la connaissance, de la mémoire, de la régénération et de la longévité. À l’époque de la conception du jeu, le concept de mémoire donne naissance à ce mot d’abord, mémoire ou mémorie (78), qui apparaît en 1050, et ensuite à tout ce qui peut permettre de la conserver. Le Tarot, en ce sens, est une aide à la mémoire, un aide-mémoire.

Les alchimistes européens forgent à cette époque les symboles qui vont leur servir à représenter les concepts qu’ils étudient et se transmettent entre eux. Pour les Musulmans, la source est symbole de fécondité. La jeune fille qui se marie s’y présente la veille de son mariage pour nettoyer sa coupe. Il y a ici deux vases. Cette image – comme toute image d’ailleurs…- aurait pu être bien mal reçue par un disciple de Mahomet. S’il y a une intention critique face au monde musulman cachée ici, c’est une satire de la polygamie. En tout état de cause, le nombre 17 a son importance pour eux. Les fêtes que l’on célèbre le 17e jour du mois lunaire ont un caractère sacré. Il y a dix-sept mots dans l’appel à la prière, etc.

• • •

Après une telle entrée en matière, il nous faut aborder le problème délicat posé par le nom de l’Arcane qui représente le 17 sur cette terre.

L’ÉTOILE: 12+5+20+15+9+12+5= 78.

Oh merveille! Soixante-dix-huit ne fait certainement pas 17, mais nous retrouvons ici à nouveau notre nombre magique de départ. Le 78 est également présent dans la représentation picturale de ces étoiles à l’arrière plan du beau personnage central. Sept luminaires à 7 et à 8 pointes jonchent ce ciel étoilé. Et il y en a en tout 78 pointes qui s’étirent dans notre direction lorsqu’on double celles qui portent une barre dans la grande étoile. (S’il n’y avait eu qu’une seule étoile dans cette lame, nous aurions été tenté d’en faire un Arcane christophore, l’étoile étant un des nombreux symboles pour représenter le Christ. Ce ne semble pas être le cas ici à moins que les petites étoiles ne représentent les sept Églises (Ap 1: 4) à qui Jésus s’adresse à travers Jean dans le livre de l’Apocalypse.)

Il nous faut constater que Suger prend soin de signaler la parenté spirituelle qui unit cet Arcane à l’ensemble auquel il appartient. Un ensemble qui a toujours compté 78 lames, rappelons-le. Quant au fait que ces étoiles seraient au nombre de sept, on peut y voir une allusion aux sept étoiles qui se trouvent dans la main du Christ selon le premier chapitre du livre de l’Apocalypse. Bien sûr, ceci n’est qu’une image pour faire une allusion directe aux sept planètes connues à l’époque. Nous avons donc au début de la séquence XIX à XI, l’alignement des trois Arcanes Le Soleil, La Lune et L’Étoile qui positionnent les corps célestes au tout début de l’édifice que nous sommes en train d’étudier. C’est le scénario classique de la création des corps célestes de la Genèse et de nombreux autres mythes fondateurs.

Un personnage féminin est assis au bord de l’eau. C’est l’illustration du premier verset du chapitre 17 de l’Apocalypse. « (…) je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui réside au bord des océans ;Le verset 17:15 du livre de l’Apocalypse nous renseigne sur la nature des eaux de ce puits. Ce verset est celui que La papesse désigne avec son index gauche sur un livre qui contient 17 lignes. « (…) les eaux que tu as vues là où réside la prostituée, ce sont des peuples, des foules, des nations et des langues. » La jeune fille de XVII, c’est aussi cette prostituée de la vision de saint Jean. Cette eau est décrite également au quinzième verset de ce chapitre 17 de l’Apocalypse ainsi qu’aux premiers et deuxièmes versets du 22e chapitre du même livre où on parle aussi de l’arbre de vie.

Ap. 22 : 1-2 :

Puis il me montra un fleuve d’eau vive, brillant comme du cristal, qui jaillissait du trône de Dieu et de l’Agneau. Au milieu de la place de la cité et des deux bras du fleuve est un arbre de vie produisant douze récoltes. Essentiellement, notre baigneuse serait la prostituée qui domine les peuples, les langues et les nations. Elle représente la grande cité impure de l’Apocalypse, Babylone qui est nommée ainsi à la fin du chapitre 16 du livre de l’Apocalypse. Cette combinaison d’éléments graphiques chez XVII mise en relation avec le livre de l’Apocalypse nous suggère que cet Arcane est une représentation de l’Arbre de vie des cabalistes. Le système des séphirots relié par des canaux qui caractérise cet arbre est illustré ici. Son origine se perd dans la nuit des temps.

Les auteurs du Tarot qui placent cet arbre près d’une illustration de cette Babylone aquatique nous indiquent cette origine mystérieuse. On attribue d’habitude la paternité du système de l’arbre séphirotique aux Hébreux. Mais nous avons ici une indication que le système pourrait remonter à la civilisation babylonienne. Ce serait donc un emprunt effectué par les nomades Hébreux du au mélange des nations au sein d’une grande société. Babylone était une civilisation qui avait maîtrisé les techniques de l’irrigation des sols pour son agriculture. Ses ingénieurs avaient développé tout un système de canaux qui permettait de faire monter ou descendre l’eau vers des terrasses. Un escalier composé de cinq lignes horizontales au niveau du sol sous l’épaule de la baigneuse illustre schématiquement les degrés de cette culture en terrasse.

N’avons-nous pas là une allusion aux jardins de Babylone ? On peut également émettre l’hypothèse que ces degrés correspondent à ceux d’une initiation inconnue. Comme ils sont au niveau du sol, il s’agit peut-être de celle d’un culte agraire, comparable à celui des mystères d’Éleusis. L’ésotérisme occidental, qu’il soit juif, musulman ou chrétien, attribue une importance majeure aux degrés à gravir sur le sentier de la Connaissance.Ceci étant dit, nous allons maintenant valider mathématiquement l’emplacement de la locataire du 17.

L’ÉTOILE: 12+5+20+15+9+12+5= 78.

À nouveau, ce clin d’œil appuyé pour nous faire comprendre que le Tarot est une étoile.[8] L’Étoile est donc bien un des noms de cet Arcane. Mais il nous reste à compléter la démonstration qui lui attribuera le nombre 17.Il nous manquerait un petit 20 pour faire 98 (9+8…). On y arriverait bien en doublant le T mais ce serait faire injure aux règles élémentaires de la grammaire. Nous avons dit que cet Arcane portait un nom double. L’idée nous est venue de le mettre au pluriel. Bien que le S solaire (19) du pluriel ne fasse pas partie des lettres admises au club sélect de notre code, son apparition à noble enseigne, le désigne à titre exceptionnel, pour services rendus ou à rendre, si l’on peut dire.

Voyons ce qu’il en est:On ajoute le S à chaque membre de notre équation:

LES* TOIILES: 12+5+19 (x 2)= 72. 20+15+9+9+12+5+19= 89. 89-72= 17.

Le pluriel n’ajoute-t-il pas un air de noblesse à l’ensemble? Cet Arcane ne met-il en scène qu’une étoile? Non… Cet Arcane porte deux noms, l’étoile et le toule qui signifie la mare ou le puit. Les villes de Toulon, Toulouse et plusieurs autres, tirent leur nom de leur proximité d’une source. Le nom de l’Arcane se lit ainsi: LE TOIILE. Le U est en effet privé de sa petite patte horizontale… On peut y lire en même temps, LE TOULE et LE TOIILE. Nous retrouvons au premier plan une jolie fille qui se penche sur un plan d’eau. L’Arcane aurait aussi bien pu s’appeler La source. C’est ce que ne manque pas de faire notre jeu. La parenté phonétique entre les deux appellations rejoint totalement le contenu idéographique de l’Arcane. L’Étoile et Le Toule s’y fondent en une rencontre de symboles qui apparaissent, sous cet éclairage, des plus complémentaires. L’eau et la lumière des étoiles se retrouvent dans les amphores de cette jeune fille pour signifier le principe de vie. La lumière de l’étoile est de même nature que l’eau du toule. Nous avons donc bien Les Étoiles et Les Toules réunis ici par un tour de passe-passe qui n’en est pas un. L’histoire de la cryptologie du Moyen Âge, sa nature même, est faite de la recherche judicieuse d’amalgames qui, réunis, révèlent leur sens au grand jour.

• • •

On notera un détail curieux au sujet de la main droite du personnage; il s’agit d’un pied. Le pouce est remplacé par un gros orteil et le bras est une jambe.

sacred_water.jpg

La baigneuse a un corps décomposé. La présence d’un pied auprès d’une cruche rappelle le lavement de pieds, le rite de purification par excellence du soufisme et du christianisme. «Les eaux ainsi sanctifiées s’imprègnent à leur tour de la vertu sanctifiante…» [9] Cette vertu sanctifiante comme caractéristique archétypale commune à de nombreuses traditions s’applique au lien sacré entre la nature et l’homme. L’eau sacrée est ici associée au pied qui représente le contact avec le sol, et par extension, les énergies telluriques. La scène rappelle une légende de l’Europe du Nord. «Boand, mère d’Oengus, en punition de son adultère avec le Dagda, se voit enlever un œil, un bras et une jambe par l’eau de la source de la Segais où elle était allée se purifier.» [10]

Ce texte sur les membres éparts, le démembrement, est à mettre en relation avec l’extrait du Livre des morts égyptien cité plus haut. À nouveau :«Horus est, tout ensemble, Nectar des dieux et, le Sacrifice divin. Il cueille et réunit les Membres de son Père, Car Horus est son Rédempteur, son Rédempteur…Il parcourt l’Océan céleste, Tandis que le corps de son Père se décompose…» Puisque c’est une jambe, où est le bras ? Avec le code, nous voyons que la question ne se pose pas en ces termes. Bras et jambe représentent la même chose :

BRAS : Le bras est Ra, dieu du soleil, 19. JAMBE : À nouveau, 19.

Soulignons que la forme stylisée de la jambe est celle d’un hiéroglyphe qui se trouve dans le nom secret à quatre caractères de la Prêtresse de Celui qui est caché. Le premier caractère de ce nom est un bras double. Il y a également deux coupes renversées et une figure féminine assise dont la tête évoque celle d’un oiseau couronné. Ra, Horus, Osiris, Maat, le dieu égyptien a de nombreux visages, il prend des formes multiples. Le symbolisme solaire attaché à l’aiguière de la baigneuse s’ajoute à la symbolique tellurique. Les rayonnements du ciel et de la terre se rencontrent dans les fluides qui circulent autour d’elle.

Il est important de noter que le magnétisme terrestre et le magnétisme solaire maintiennent entre eux un équilibre qui permet la vie sur terre. Cette notion d’énergie tellurique ou de magnétisme du sol est centrale dans la cosmogonie de la tradition religieuse ésotérique d’Europe du Nord. Elle remonte aux Celtes. Un lien clair existerait entre les lieux chargés de cette énergie et certaines étoiles ou constellations du ciel. L’emplacement des cathédrales gothiques serait lié à une telle orientation astronomique et énergétique. Signalons que ces croyances anciennes en des lieux chargés d’énergie tellurique se sont trouvées confirmées par les découvertes scientifiques modernes.

En électricité, le courant tellurique est celui qui circule dans le sol. La tradition orale rapporte donc que nos ancêtres bâtisseurs avaient établi un lien entre leurs connaissances à ce sujet et celle de l’observation de la voûte céleste. Les uns s’en sont servi pour choisir les lieux de construction des cathédrales, les autres pour l’érection de dolmens.Le culte de la Vouivre, la fille aux serpents, procède de cette tradition qui se transmet de façon orale. Les phallus aux pieds de notre baigneuse l’associent à cette fille aux serpents. Un de nos dictionnaires rapporte que cette vouivre, ou guivre, est la gardienne d’un trésor. On notera que le talon de son pied gauche touche à une aiguière. Sa main droite, qui est un pied, touche à l’autre aiguière. Celles-ci sont ainsi désignées comme vecteurs de l’énergie tellurique, les forces de la Vouivre. Cet ensemble symbolique nous apparaît comme une des représentations ésotériques les plus habiles du Tarot.Il n’y a rien de particulier à signaler en ce qui concerne la forme des manches des deux aiguières.

On verra au chapitre sur Tempérance qu’il n’en est pas de même. 


[1] Frances and Joseph Gies, Women in the Middle Ages, p. 78 [2] Voir Mircea Eliade, Histoire des croyances et des idées religieuse, Tome II, p. 359-60 [3] Id., p. 388-89 [4] Le dictionnaire des symboles, pp. 978-79 [5] Joachim de Flore (1132-1202) pensait quand à lui que la fin des temps arriverait après 1200. Émile Mâle, L’art religieux du XIIIe siècle en France, p. 642. [6] Mircea Eliade, Traité d’histoire des religions, p. 176-77 [7] Id, p. 178 [8] ÉTOILE : 66, 6 lettres, 666. Ajoutons pour bien faire que le pluriel d’étoile du matin est luciferi. LVCIFERI : 12+22+3+9+5+18+9= 78. [9] Mircea Eliade, Traité d’histoire des religions, p. 172 [10] Le dictionnaire des symboles, p. 689

© Marc O. Rainville, 2008. Tous droits réservés  



Print Friendly, PDF & Email

Découvertes de nouveaux blogues québécois!



51 réponses à Limperatrice – L’étoile Axe III-XVII

  1. Jenny dit :

    Jérome: Etrange que tu cite Bashung à propos de Saturne, car c’est un de mes sujets d’étude, depuis 3 ans, notemment sur la vie sur Saturne. Il y aurait peut-être quelque chose de très intéressant qui relie Saturne à l’histoire de l’Humanité. Mais cela est un autre Sujet…

    Merci à tous pour vos éclairages sur Ishtar, l’Etoile et la lune. Vous m’en apprenez beaucoup sur la Lune, que je connais moins bien que vous.

  2. jérôme dit :

    Bashung :
    I know I know
    Sa turne a l’air habitée
    Alors qu’on sait que personne n’y vit
    A qui se fier ?…

    Jean Fauque / Alain Bashung, Bombez !

  3. Rom dit :

    Jenny : (…) que les gens natifs de la nouvelle lune sont plus discrets, introvertis que ceux de la pleine lune, extravertis, solaires … »
    Assez juste en général, merci pour cette observation. Encore là, il faut voir les aspects à cette conjonction ou opposition des luminaires. Dans le cas de Madeleine, on songe à une implication de Neptune ! Je confesse un carré de Saturne…

  4. jenny dit :

    J’ai tiré les cartes sur l’histoire de Lune Pleine, lune Nouvelle: La Lune pleine est effectivement associée au Soleil, c’est une « meneuse ». (Soleil -Chariot) et la lune nouvelle par l’Hermite et l’Empereur (l’introspection, la Réflexion) Sachant que les Hommes se sentent généralement mal pendant la pleine Lune, et les femmes à leur avantage, je dirait grossièrement que la pleine Lune est Féminine et la nouvelle lune Masculine. Ce qui lie les deux théorie de Madeleine et Rom. Que les gens natifs de la nouvelle lune sont plus discrets, introvertis que ceux de la pleine lune, extravertis, solaires, donc, Ils sont faits pour se compléter. Forcément, la pleine lune est en avant, car Visible.
    La pleine Lune du 26 était particulièrement propice aux révélations ésotériques

  5. jenny dit :

    De toutes les manières, Une femme qui va avoir ses règles n’est JAMAIS bien lunée…

    Pour le verre trop plein, Buvons, mes chers amis, Buvons,
    Sans y perdre la Raison!

  6. jérôme dit :

    … me voilà perplexe, et tiraillé!
    Lequel de vous deux est donc bien luné ?!?

  7. Madeleine dit :

    Rom, si tu es de la Nouvelle Lune, donc inconscient, je ne vais évidemment pas te croire (humour)! Bon, j’ai ma propre expérience d’astrologue mais tu peux lire ces pages aussi:

    « La conjonction apporte aussi la confusion, synonyme de subjectivité ici, où les personnes type NL ont tendance à projeter l’image qu’ils ont d’eux-mêmes sur les autres, en ayant une difficulté à les voir tels qu’ils sont vraiment. »

    « Les personnes nées au moment de la phase PL réalisent leur unité avec le tout. L’objectivité est à son maximum. »

    xxx.akali-astro.com/lunaison2.php

    « La lune elle-même n’a aucune influence sur le travail, mais, son orbe pleinement illuminé, indique un alignement libre et sans obstacle entre notre planète et le soleil, le centre solaire, la source énergétique de toute vie sur terre. Durant ces moments, nous pouvons faire une réelle approche vers Dieu le Créateur, le centre de Vie et d’Intelligence »:

    xxx.aqbv.org/pleinelune.html

  8. jérôme dit :

    … mazette ! on va ENFIN en savoir plus long sur la vie privée de Rom !!

  9. Rom dit :

    Madeleine a écrit :  »(…) plus tu te rapprocheras de la Pleine Lune, plus ton inconscient sera “éclairé”, mis en lumière par ton propre Soleil, de la même façon qu’une Pleine Lune est mise pleinement en lumière par le Soleil. Et inversément, plus on va vers la Nouvelle Lune, moins l’inconscient est mis en lumière et plus l’être a “besoin” d’autrui pour éclairer sa Lune, pour avoir accès à son inconscient et “le mettre en lumière” (psychanalyse –> individuation). »

    En fait, c’est le contraire. Crois-en un natif de la nouvelle lune qui pratique l’astrologie depuis quanrante ans… Bref, les natifs de la Pleine Lune sont les moins autonomes du circuit. Ce qui n’est pas un mal en soi. J’ai été en couple avec plusieurs natives de la Pleine Lune. Ce sont de grandes enfants. Désolé !

  10. jérôme dit :

    … à la tienne !

  11. Madeleine dit :

    Je provoque un peu exprès ;-)

    C’est justement cet « Amour » qu’il faut que l’on cherche à dynamiser en nous, et ce n’est pas facile ;-) Il faut d’abord élaguer tout ce qui n’est pas de l’amour alors qu’on penserait que si… Par exemple, combien de personnes disent: « je t’aime, j’ai besoin de toi » ? Ou l’art de dire tout et son contraire en une simple phrase: aimer c’est donner, avoir besoin c’est prendre…

    Bon, tite pause for me. Et je te rassure, je vois toujours le verre à moitié plein… Santé!

  12. jérôme dit :

    je veux dire par là : le message chrétien postule, lui aussi, que nous, pauvres pécheurs ô combien, pouvons malgré tout profiter de la Grâce. Si ce n’était pas le cas, d’ailleurs, à quoi bon la venue du Christ, les Evangiles etc. ?
    Quand bien même le verre serait presque vide, je continuerai à dire qu’il est quand même un petit peu plein.

  13. jérôme dit :

    Bon, Madeleine, tu as peut-être raison sur ce soupçon de générosité qui serait, finalement, intéressé & égoïste lui aussi.
    C’est peut-être un acte de foi, mais pour ma part, je considère que tout homme & femme a la possibilité d’entrevoir quelque chose qui soit de l’ordre de l’Amour. Quand bien même ce quelque chose est infinitésimal, eh bien je crois qu’il existe. Je sais bien que beaucoup de « sages » modernes aiment bien nous expliquer que nous sommes définitivement loin de la moindre possibilité d’entrevoir l’Amour Universel… mais je ne les crois pas. Je crois d’ailleurs que le message chrétien (la « Bonne Nouvelle ») n’est pas entièrement étranger à ce postulat.

  14. Madeleine dit :

    Pour en revenir aux enfants et à la procréation, la méditation est finalement simple à faire, si on se pose la question suivante: je suis capable de procréer, mon conjoint ou ma conjointe aussi, alors pourquoi vais-je faire un enfant « à moi » plutôt que d’en adopter un qui existe déjà et qui souffre ? La différence entre ces deux enfants, c’est… nous…

  15. Madeleine dit :

    Bonjour au Québec ;-)

    Jérôme, cette générosité dont tu parles, si j’étais cynique, je dirais que là aussi c’est peut-être un réflexe « égoïste » de survie! Si tu es généreux avec quelqu’un, à de rares exceptions près, cette personne va te regarder de façon positive, voire même va être en retour généreuse avec toi (même si tu es généreux « gratuitement », bien sûr). Donc, cyniquement parlant, nous avons compris depuis longtemps que le fait d’être positifs va créer un mieux-être en « nous » et dans « nos » rapports avec autrui! Et si on analyse cela plus profondément, c’est donc encore un acte égoïste d’être généreux… ô paradoxe! J’en veux pour preuve quand on dit: « cela me fait tellement plaisir de vous faire plaisir »…

    *******

    Jenny, sans se prendre pour « des purs-esprits sans faille » et tout en respectant cette belle planète que l’on abîme bien trop, on peut aussi prendre conscience que l’on est tout d’abord un esprit et que cet esprit, au contraire de notre corps qui est mortel et limité, est immortel et illimité! Et que le jour de notre mort physique, si notre esprit est resté ténèbres, il ira rejoindre les ténèbres. Et si nous avons transformé ces ténèbres en lumière (Grand Oeuvre, Individuation), notre esprit ira rejoindre la Lumière ;-)

  16. jenny dit :

    De plus, je tiens à signaler que c’est le refus de sa propre animalité qui fait que l’homme n’a de cesse de détruire la Nature et les autres espèces. De cette manière, il continue de Nier son Etat, contre lesquel il est en colère. (Le pendant négatif et destructeur du Diable). Si l’humanité, qui se croit encore au dessus des autres espèce continue dans cet état et ce sens, elle va s’éteindre. Notre état physique est tel, actuellment, qu’elle soulève chez certains des pulsions dévastatrices de mort (Guerre, destruction de l’éco-système). Si ces messieurs qui aiment faire la guerre et nous détruire prenaient conscience que l’exploitation de leur propre animalité pour leur apporter 1000 fois ce qu’ils ont aquis difficilement et avec fracas aujourd’hui, et ce, sans aucun dommages collatéraux pour les autres ou eux-même.
    De plus, l’huùmanité va se transformer bientôt, mais ce sera par le bras d’une intervention extérieure, qui jugera si l’on est intellectuellement prêts pour évoluer. Ce n’est pas en se rasant de près tous les jours et en se coupant les cheveux (en 4) que l’on peut changer notre état physique originel, ça ne change Rien. Car si un de nous se retrouve à l’état sauvage, dans une forêt (Attention, ça se pourrait, car la résistance de la végétation et la Nature est beaucoup plus forte qu’on ne veut le croire) Et bien, on se retrouverait exactement à l’état primitif animal. Il faut arrêter de se prendre pour des Purs-esprits sans faille, car nous n’avons tout simplement pas la condition biologique physique pour y être. Restons modestes, tout en progressant.

  17. jenny dit :

    Et pratique des expériences sur le Temps, et la matière, comme d’autres de mes collègues, mais je suis une enfant dans ce domaine

  18. jenny dit :

    J’étudie et fréquente aussi de nombreux Esprits, humains et Non-Humains, en plus de mes amis habituels…

  19. jenny dit :

    Bonjour,

    Nous sommes Des Diables, mi-Esprits mi-Animaux, et tant que nous sommes dans cette état Biologique, nous aurons toujours une part instinctive, qui n’est pas forcément Sale ou dégueu, mais qui est simplement Animale. Nous voulons sans cesse renier notre part animale (Les hommes passent leur temps à éliminer leurs poils divers et variés ( corps, Visage), mais ça ne fait que sauver les apparences. Nous Sommes aussi des Animaux, et rien ne pourra changer cet état de fait. Il faut donc accepter cette animalité, et utiliser la puissance que l’instinct peut nous procurer, au lieu de la nier.*
    Je n’ai pas que la lune en carré avec Mars (Nombreux conflits avec les Hommes) j’ai aussi, heureusement, ma lune conjointe en Neptune, et en Vénus, aussi en l’ Ascendant, et la lune en Poisson en Maison 4, d’oû en partie mes dons de voyance. J’apprécie vos conaissances à vous, à Madeleine et Rom, en Astrologie, que je n’ai pas. Moi, je suis davantage intéressée par les symboles ésotériques primitifs, la magie primitive, qui s’accorde tout à fait au monde actuel notemment grâce aux nouvelles télécommunications, j’aime Jean Faure, Papus, MAître Philipe De lyon et Castaneda, que je considère comme des être Bons et censés. Et je pratique également la télékinésie. Vos conaissances en Astrologie et sur les Tarots agrémentent agréablement les miennes, ds d’autres domaines. Merci

  20. jérôme dit :

    Cette discussion m’interpelle… je l’ai donc relu pour voir ce qui me tracassait dans tout ça.

    Madeleine a notamment écrit :

    Et si vous avez des enfants, regardez-les et posez-vous la question: “pourquoi ai-je voulu les avoir ?” Si vous êtes honnête, vous verrez que ce n’était pas pour eux mais pour vous-même, égoïstement. Comme Ishtar, finalement.

    Globalement, je ne partage pas le point de vue de Madeleine, qui me parait globalement pessimiste. Cependant, je dois reconnaître qu’elle a en partie raison. Et admettre que mes propres actions sont loin d’être “pures”. Les motivations qui les inspirent sont en partie inconscientes, ou en tout cas elles sont le résultat de pulsions fort égoïstes, en partie intéressées, avides etc. Bien souvent, elles sont assez peu “humaines” au sens le plus noble du terme. En ce sens, je suis comme la plupart des humains une “pauvre créature impuissante” : c’est majoritairement l’ego qui mène la barque. Guère d’amour là-dedans, sinon l’amour pour… moi.

    MAIS !! il reste une lueur d’espoir !! car je suis convaincu du fait que dans chaque action, quand bien même elle serait majoritairement intéressée ou avide, il existe bien souvent une once, un soupçon de vraie humanité, qu’on peut aussi appeler générosité, ou comme on voudra. Et que ce soupçon justifie qu’on ne baisse pas les bras, ni qu’on désespère de la finalité de la vie… Cette finalité est peut-être de nous rendre moins cons, au final… ne serait-ce qu’un petit peu.

    Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir, comme disait (à peu près) Sophocle il y a 2500 ans. ( Même avec un carré de la Lune, espérons ;) ).

  21. jérôme dit :

    Cette discussion m’interpelle… je l’ai donc relu pour voir ce qui me tracassait dans tout ça.

    Madeleine a notamment écrit

    Et si vous avez des enfants, regardez-les et posez-vous la question: “pourquoi ai-je voulu les avoir ?” Si vous êtes honnête, vous verrez que ce n’était pas pour eux mais pour vous-même, égoïstement. Comme Ishtar, finalement.

    Globalement, je ne partage pas le point de vue de Madeleine, qui me parait globalement pessimiste. Cependant, je dois reconnaître qu’elle a en partie raison. Et admettre que mes propres>/i> actions sont loin d’être « pures ». Les motivations qui les inspirent sont en partie inconscientes, ou en tout cas elles sont le résultat de pulsions fort égoïstes, en partie intéressées, avides etc. Bien souvent, elles sont assez peu « humaines » au sens le plus noble du terme. En ce sens, je suis comme la plupart des humains une « pauvre créature impuissante » : c’est majoritairement mon ego qui mène la barque. Guère d’amour là-dedans, sinon l’amour pour… moi.

    MAIS !! il reste une lueur d’espoir !! car je suis convaincu du fait que dans chaque action, quand bien même elle serait majoritairement intéressée ou avide, il existe bien souvent une once, un soupçon de vraie humanité, qu’on peut aussi appeler générosité, ou comme on voudra. Et que ce soupçon justifie qu’on ne baisse pas les bras, ni qu’on désespère de la finalité de la vie… Cette finalité est peut-être de nous rendre moins cons, au final… ne serait-ce qu’un petit peu.

    Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir, comme disait (à peu près) Sophocle il y a 2500 ans. Même avec un carré de la Lune, espérons.

  22. jenny dit :

    Bijour, Madeleine Ishtar,

    J’ai carre Lune-Mars, je déteste d’autant plus les mysogynes, et je leur fout des claques, voilà.

    « Je veux marcher dans l’ombre de ton soleil », c’est très sensuel, ça!

  23. Madeleine dit :

    Bon, ce n’est pas trop HS puisque, chez Wirth, l’Impératrice a la Lune à ses pieds, exactement comme la Vierge…

  24. Madeleine dit :

    Bien vu, cher Rom ;-)

    Je suis astrologue depuis 25 ans. La Lune, en astrologie telle que je la pratique, c’est l’inconscient dans un thème, quand le Soleil est le conscient. Si tu t’intéresses à l’astrologie, regarde dans ton thème où en est la phase de la Lune: plus tu te rapprocheras de la Pleine Lune, plus ton inconscient sera « éclairé », mis en lumière par ton propre Soleil, de la même façon qu’une Pleine Lune est mise pleinement en lumière par le Soleil. Et inversément, plus on va vers la Nouvelle Lune, moins l’inconscient est mis en lumière et plus l’être a « besoin » d’autrui pour éclairer sa Lune, pour avoir accès à son inconscient et « le mettre en lumière » (psychanalyse –> individuation).

    Moi je suis née un Dimanche de Pâques, un jour de Pleine Lune. Un jour un homme m’a dit: « je veux marcher dans l’ombre de ton Soleil. » C’était peut-être flatteur mais ça m’a plutôt emm… vu sa dépendance, tu comprends cela! Eh bien cet homme était né au moment d’une Nouvelle Lune quasi exacte, il n’arrivait pas à éclairer son inconscient par lui-même, il lui fallait un Soleil. Donc il lui fallait « prédater » un Soleil d’autrui, d’où mon malaise car je préfère un com-pagnon plutôt qu’un suiveur…

  25. Rom dit :

    Jung a dit en quelque part que l’essentiel du processus analytique vise à faire reculer la part de misogynie qui se trouve dans chaque homme, dans chaque femme. En astrologie, on considère que les afflictions à la Lune sont justement ces obstacles qui doivent être surmontés afin que les verrous émotionnels puissent sauter. Un exemple … La Lune en carré à Jupiter ou Neptune… L’accès à la source est bloqué par des considérations hallucinatoires, religion, drogue, etc.

  26. Madeleine dit :

    « Mère supérieure », j’aime bien.
    Mais on dit Dieue, d’habitude ;-)

    Rom et champagne, ça laissait augurer!

    *******

    « Le Seigneur dit: « Lorsque le Père a établi le monde pour lui-même, il a laissé beaucoup à faire par la Mère du Tout. C’est pourquoi il sème et il agit. » Jude dit: « Tu nous as dit cela à partir du noûs de la vérité. Lorsque nous prions, de quelle manière devons-nous prier ? » Le Seigneur dit: « Priez dans le lieu où il n’y a pas de femme. » Matthieu dit: « Ce qu’il nous dit, c’est: “Priez dans le lieu où il n’y a pas de femme”, c’est-à-dire, “Détruisez les oeuvres de la féminité”, non parce qu’il y a une autre sorte d’engendrement, mais parce qu’elles cesseront de donner naissance. » Marie dit: « Elles ne seront jamais anéanties. » Le Seigneur dit: « Qui sait si elles ne seront pas dissoutes, et même complètement détruites, les oeuvres de la féminité ici-bas ? » »

    « Dialogue du Sauveur », Nag Hammadi

  27. Jenny dit :

    …ç’en est peut-être un! (Bradburry)

  28. Jenny dit :

    Pfiouuu! Je suis contente de vous lire, car je n’arrivais plus à trouver d’arguments pour Mme Madeleine, pour lui expliquer que les enfants, c’est Bien.

    D’ailleurs, ce n’est pas les parents qui choisissent leur naissance, mais les enfants eux-même (R. Coeur de Lion)

    Et je sais aussi que plus les parents sont bien ensemble, s’aiment d’un amour vrai,et s’éclatent au pieu, au moment de la conception, plus les enfants sont Beaux (Castaneda) (je vais encore me faire engueuler par La mère supérieure, mais bon tant pis, je préfère la franchise à l’hypocrisie))

  29. Rom dit :

    Le petit Rom est né dans la chambre de sa mère, un peu avant minuit, avec l’aide d’une amie sage-femme. Le papa avait préparé de nombreuses chandelles. Au dehors, un mince filet de lune croissante achevait de se coucher. La maman s’est accroupie sur le plancher, soutenue par ses deux assistants placés derrière elle. Elle a dirigé les bras vers son ventre. Elle a crié : NOOOOO ! Le petit Rom est sorti comme un bouchon de champagne. Nous sommes tous tombés à la renverse. Sa maman l’avait tout de même posé sur le sol. Le petit Rom, lui, est resté assis. Je me suis déplacé pour contempler la merveille. Je l’ai regardé un instant. Sa tête en cône lui donnait l’air d’un extraterrestre. Il m’a aperçu. Il s’est mis à pleurer, brièvement. Nous sommes tous retournés sur le lit. J’ai coupé le cordon, noué les lacets.
    Tout cela a semblé très naturel sur le coup. Ce l’était !

  30. Jenny dit :

    C’est Faux. Dans ce cas, demandez-vous Vous, ce que vous faites ici et pourquoi. Vous sentez-vous davantage « pondue » que née? Le terme « Pondre » correspond à des insectes, des poissons ou des reptiles, désolée. Les humains ne sont pas de cette race. On est des mammifères, et ouais. MAis peut-être préférez-vous les Reptiles, peut-être être vous mécontente d’être née sous la forme d’un mammifère, (un mammifère! Quelle horreur!, il peut pleurer et ressentir la douleur!) et non d’un Reptile!

    Mais savez-vous ce qu’est un Humain, pour le dénigrer à ce point? La naissance est la volonté de deux parents, inconsciente ou consciente, mais aussi la volonté du Destin, ou de la nature, car ne conçoit pas un enfant qui veut. La conception dépend de multiples facteurs, et il faut que tous les facteurs soient concordants au moment de la fécondation.

    Enfin, c’est la définition que donne la magie traditionnelle de l’enfantement. Et franchement, un enfant, ça ne soigne rien du tout, au contraire, c’est une perte d’énergie pour les parents. Je ne vois pas du tout où est le médicament là-dedans.
    Votre vision de la mère est dégradée et dégradante, pour vous c’est un supplice, une machination, une création du diable pour fournir des organes, faut arrêter!

    Voyez-vous, je suis anti-religieux, j’ai été élevée dans la bonne tradition communiste, (bah quoi?), le genre qui pendent les curés par leurs couilles, si vous voyez ce que je veux dire, vous ne voyez que les horreurs sur la Terre, et jamais le côté positif: Vous êtes vivante et pouvez écrire des conneries! Et en plus, y’a des gens qui arrivent à vous lire! C’est pas formidable ça, Hein?

    Et puis je ne vois pas ce que le monde virtuel vient faire-dedans, vous l’utilisez bien, vous, le monde virtuel, pour raconter des conneries! Hein?

    Et quand je regarde mon enfant, qu’est-ce que je me dis? Bah qu’il est Beau comme un papillon, qu’il s’exprime bien, qu’il chante comme un rossignol, qu’il s’occupe d’étudier les (autres) animaux, qu’il étudie et fait aussi attention à préserver les arbres et les plantes, ainsi que les insectes, et qu’il a une grande gueule comme moi pour remettre en place les cons qui écrasent tout: leurs copains, les araignées (parce que ça sert à rien) les arbres (parce qu’ils bougent pas), qui coupent les moustaches des chats (pour voir): les futurs terroristes ou psychopathe, genre Notre cher président.

    Voilà pourquoi des gens comme moi doivent faire des enfants: pour casser la gueule aux gros cons qui seront les futurs pollueurs et destructeurs de l’humanité et de la planète.

    C’est une question d’équilibre. (pour la planète)

  31. Madeleine dit :

    Aucune femme au monde, si elle est un tant soit peu honnête, ne pourra jamais dire qu’elle a fait un enfant « pour l’enfant ». Elle le fait pour elle, pour son mari, parce qu’elle s’ennuie, pour les allocations, pour faire mieux que sa mère, pour la main d’oeuvre ou pour l’armée en Afrique, pour l’emmener au bordel en Thaïlande, à la mine de soufre en Amérique Latine, à l’usine en Chine, parce que le pape a dit « croissez et multipliez », parce qu’elle regrette ses poupées, pour que son gosse réussisse là où elle a échoué, ou alors c’est son mari qui veut prouver à son père qu’il est un homme, parce qu’elle a oublié sa pilule, parce qu’elle approche de la sacro sainte quarantaine et qu’elle panique de se retrouver seule, pour faire comme ses copines, etc etc etc. Et maintenant, avec les mères porteuses qui se multiplient, pour du simple fric. Et bientôt pour des organes au détail, comme dans un magasin de pièces détachées.

    Aucune femme au monde, depuis que le monde est monde, n’a fait un enfant « pour l’enfant ». Pour la simple et bonne raison que cet enfant n’existe pas encore! Tous les enfants qui ont été faits, depuis que le monde est monde, sont des médicaments pour soigner les adultes.

    Voilà Jenny, sans animosité aucune, pourquoi je dis que les femmes « pondent » et pas qu’elles donnent la vie. Car ensuite, si on regarde la vie qui attend ces enfants, on peut même dire qu’elles leur donnent la mort! La délinquance, le chômage, la solitude, la maladie, les complexes, l’ennui, la dépression, l’intégrisme religieux, l’armée, la course au fric, la vie virtuelle, le suicide, la prostitution, l’abrutissement des masses, etc. Et encore, tout cela dans nos pays dits « riches »…

    Oh non, je ne fais pas le jeu des dirigeants car eux, au contraire, veulent que les femmes pondent, qu’ils soient politiques ou religieux!

    Et si vous avez des enfants, regardez-les et posez-vous la question: « pourquoi ai-je voulu les avoir ? » Si vous êtes honnête, vous verrez que ce n’était pas pour eux mais pour vous-même, égoïstement. Comme Ishtar, finalement.

  32. Jenny dit :

    J’insiste sur le fait que vous avez une vision reptilienne de la race humaine, ce contre quoi je lutte.
    Nous ne « pondons » pas, Madame. Enfin peut-être vous, mais pas moi. Je ne suis pas un reptile.

  33. Jenny dit :

    Bonjour Madeleine,

    Notre vision s’oppose complètement. Je ne suis pas gnostique, je suis ésotériste et j’ai été formée à la magie depuis l’enfance.
    Je suis au courant des problème de surpopulation, mais là, vous faites le jeu du machime actuel de nos dirigeants, qui pensent toujhours que la femme est un bouc émissaire bien pratique, pour justifier la guerre, les horreurs de la destruction écologique, des fruits d’Ishtar. Si la femme pouvait entièrement diriger, de la procréation, à l’éducation, comme elles l’entendent, les hommes qui veulent la guerre, le pouvoir et la destruction des autres n’imposeraient plus leur vision éducative à des enfants formatés comme tels, qui n’ont rien demandé. Vous pensez que la femme est ignare, et « pond », comme un poisson ou un Reptile. Vous oubliez que nous faisons partis de la race des mammifères, et que nous avons une conscience individuelle, une âme qui peut souffrir, que peut-être les autres espèces n’ont pas. Nous ne sommes pas des esprits purs, puisque nous avons un corps et des organes. Il faut faire confiance en nos instincts, et éviter la manipulation des dirigeants, qui veulent nous imprégner (et ça fonctionne encore, la preuve!) de l’idée, que les femmes sont incapables de diriger et de prendre des décisions censées. Vous tenez avec eux. Chacun ses choix.

  34. Madeleine dit :

    Rien de neuf sous les tropiques, comme on dit! C’est hélas ce que font la plupart des femmes avec les hommes: les utiliser – séduire, manipuler, marier – pour pouvoir in fine pondre « leur » oeuf (mieux que celui de maman), voire leurs oeufs! Les gnostiques, dont je suis, méprisent la procréation car elles prolongent ce « royaume de la mort » qu’est la survie ici-bas.

    Si les humaines n’avaient pondu que les oeufs voulus par les hommes et non par les femmes, il n’y aurait pas de démographie galopante! Les finances des états seraient abondantes, il y aurait du travail pour tout le monde et les océans seraient encore remplis de poissons. Mais voilà, une femelle ça pond et un mâle ça bande…

    Il faudrait favoriser l’homosexualité, je trouve.

  35. Jenny dit :

    Bon, je réponds à Madeleine, j’ai trouvé une réponse sur Ishtar et le fait qu’elle est perçue inconsciemment par les hommes comme une P…ou une femme dangereuse. Pour moi, Ishtar représente non pas la femme enceinte, ou qui a des enfants, mais la femme qui VEUT avoir un enfant, c’est-à-dire la déesse mésopotamienne, celle qui procrée et qui a la connaissance. Comme elle sait que les hommes sont plus faibles qu’elle, mais qu’elle a besoin d’eux pour procréer, et peupler la terre, elle utilise ses charmes pour arriver à ses fins, elle envoûte l’homme, et l’homme n’a pas d’autre choix que de succomber. Voilà pourquoi les hommes collent une image malsaine sur Ishtar, parce qu’il la craignent, car elle leur est supérieure, et ils se sentent utilisés.

  36. Madeleine dit :

    Tant que les femmes se conduiront en putes, Ishtar sera une pute…
    Pourquoi avons-nous besoin des hommes ?
    Le besoin crée la prostitution…

  37. Jenny dit :

    Si les hommes continuent de considérer Ishtar, l’Etoile, Dame nature la créatrice, pour une vulgaire pute, ils risquent fort de se taper une belle volée de bois vert en retour!

  38. Madeleine dit :

    Merci Rom ;-)

    Pour en revenir à l’Impératrice, que penses-tu de la version de Oswald Wirth ?

  39. Madeleine dit :

    Rom, concernant l’abbé Suger (encore une toute grande figure) et son Christ aux seins, remarque que ce(tte) Christ se trouve sur l’Arche d’Alliance! Or si tu tapes Marie Arche d’Alliance sur un moteur de recherche, tu comprendras qu’il devait être au courant du secret…

    Pareillement pour Jean-Paul II qui vouait un culte à Marie (et qui a été jusqu’à mettre un M sous la croix, dans ses armoiries pontificales). D’autres l’ont mis carrément dessus, comme la « Médaille Miraculeuse » de Catherine Labouré…

  40. Rom dit :

    Madeleine a dit :  »(…) Mon idée est que L’impératrice est Marie-Madeleine. »

    Il y a peu de chances que tu aies raison. Tout indique en effet, que nous avons affaire ici à la mystique Hildegarde de Bingen. En ce qui concerne, Jésus comme femme à barbe ou même femme tout court, pourquoi pas ? Mais le Tarot ne donne pas d’indications en ce sens. Suger non plus, même si ses Christ ont parfois des seins de femme. Ceci étant dit, je peux me tromper sur ce point. Ce qui m’intéresse beaucoup dans le discours de la Bible sur Jésus, c’est tout le non-dit, sa naissance miraculeuse, sa résurrection… Des mythes évidemment et qui ne sont pas particulier au catholicisme. Pour la naissance miraculeuse, j’ai déjà proposé sur une autre tribune que le Christ avait été conçu par des consanguins, à savoir sa mère, Marie, et le père de celle-ci, le grand-père maternel de Jésus, saint Joachim, époux d’Anne, canonisée elle aussi. Une sorte d’Inceste Originel, quoi, une crucifixion de la mère qui annonce peut-être celle du Fils.

  41. Rom dit :

    Dernière heure. Si tu mets un lien par message, ça va passer.

  42. Rom dit :

    On peut mettre des liens direct. Mais il y aura une période d’attente.

  43. Madeleine dit :

    Bonjour Jenny,

    Vraiment dommage qu’on ne puisse pas mettre de liens directs. En attendant, je vous invite à taper “Ishtar de la Sagesse » (tel quel, entre guillemets) dans votre moteur de recherche et vous tomberez sur un PDF passionnant qui parle d’une déesse barbue nommée « Reine des Cieux »…

    Aussi lire Brontè et Protennoïa Trimorphe (voir le site de Nag Hammadi, les traductions). Protennoïa qui dit qu’elle est « la gloire de l’engendrement de Dieu, une vierge mâle issue d’un intellect caché » et Brontè qui dit « Gardez-vous de m’ignorer, car c’est moi la première et la dernière ».

  44. Madeleine dit :

    Bonjour Jenny,

    Mais moi, c’est « pour l’instant » que je vis et que je désire m’exprimer. Alors que faire ? En attendant, je conseille à tou(te)s ce très beau PDF qui parle d’une Ishtar barbue appelée « reine des cieux ». Tiens tiens, cela me rappelle quelqu’une… et même quelques autres: vous savez ces femmes barbues qui furent crucifiées (Wilgefortis, Liberata…). Des fois qu’une Jésus barbue aurait reparu du fonds d’un monastère, inventons vite quelques légendes…

    (remplacer les xxx par www):

    http://xxx.digitorient.com/wp/wp-content/uploads/2008/12/Parpola-Istar.pdf

    Ishtar, celle qui ressuscite après trois jours ?

    http://xxx.wga.hu/frames-e.html?/html/o/oggiono/resurrec.html

    Wilgefortis (qui veut dire la vierge forte):

    http://xxx.artandarchitecture.org.uk/images/conway/d20867d3.html

  45. Jenny dit :

    …pour l’instant!

  46. Jenny dit :

    Merci Madeleine pour ces compléments, que j’étudierai ce soir.
    C’est marrant votre thèse sur le fait que Jésus aurait été une femme. D’après les textes de la Mésopotamie et d’autres, plus récentes, les femmes seraient immortelles, et auraient été les dirigeantes du monde, du fait de leur potentiel créateur. Cependant, si c’est le cas, il ne faudrait pas trop le dire, au risque que les hommes essaient davantage de nous enlever ce pouvoir! A l’image de la papesse, restons silencieuses, et attendant. Si la parole est d’or (le soleil, l’homme), le silence est d’argent (lune, la femme)

  47. Rom dit :

    Marie-Madeleine. Merci pour ces contributions. Je vais étudier celà dès que j’ai une seconde. Je te signale qu’il arrive que des messages soient envoyés à la queue ou même dans la poubelle. C’est en rapport avec les liens que les gens mettent dans leurs commentaires, une fonction automatique anti spammeur.

  48. Madeleine dit :

    Petit complément: dans l’évangile selon Philippe, il est dit que Marie-Madeleine est la compagne du Sauveur et, dans un autre logion, que la Sagesse est la compagne du Sauveur.

    Par syllogisme: Marie-Madeleine est donc bien la Sagesse!

    Si le lien prend, voir ci-dessous Jésus appelé la Sagesse et remarquer que, dans les Proverbes, la Sagesse se trouve sur les hauteurs (Migdal, Magdala):

    http://moinesdiocesains-aix.cef.fr/homelies/lectio-divina/nouveau-testament/evangile-de-marc/3807-jesus-sagesse-de-dieu.html

  49. Madeleine dit :

    Voici les trois liens (c’est peut-être eux qui posaient problème, d’où je les détache du message):

    Marie-Madeleine/Miryai et l’Aigle blanc:

    http://www.sacred-texts.com/chr/gno/gjb/gjb-2-2.htm#page_70_fr_2

    Impératrice de Wirth:

    http://www.galerie-creation.com/oswald-wirth-tarot-3-l-imperatrice-the-empress-n-1879047-0.jpg

    Sophia:

    http://idata.over-blog.com/4/46/35/79/Christ/sophia3.jpg

  50. Madeleine dit :

    J’essaie ici (trois fois posté puis apparu puis disparu)

    A lire doucement ;-)

    Mon idée est que l’Impératrice est Marie-Madeleine, c’est-à-dire Miryai (voir le lien que j’ai posté sur ton étude de l’Empereur, juste avant ta réponse). Donc l’Impératrice est sur son trône, tout comme Miryai, et elle a son Aigle protecteur, tout comme Miryai. Et tout comme l’Aigle de Miryai (qui est en fait le Bon Messager: Gabriel), celui de l’Impératrice est blanc sur son blason (Tarot de Wirth). Et l’Impératrice a une robe rouge et un voile bleu, comme le Christ féminin sur les images de mon blog. Et elle a une Lune sous son pied, comme la Vierge Marie (qui est la version, édulcorée par l’Eglise, de Marie-Madeleine):

    (lien 1)

    Bref: la Vierge Marie et Marie-Madeleine = une seule et même personne: la Sophia incarnée, et cette personne est l’Impératrice du tarot de Wirth!

    Et d’ailleurs puisque Marie-Madeleine est la Sophia incarnée, l’Impératrice a les ailes de la Sophia, comme ci-dessous:

    (lien 2)

    On retrouve aussi Marie-Madeleine dans l’arcane du Monde où elle est pareille au Christ Tétramorphe puisque je défends la thèse que Jésus était une femme qui a été changée en homme par l’Eglise (voir mon blog). Tout ça pour dire que, selon moi, le Christianisme a été originellement mis au monde par une femme: Marie-Madeleine alias Miryai des mandéens (rendue immaculée ensuite en Vierge Marie/Eglise) et allégorie de la Sophia incarnée (d’ailleurs Jésus est appelé Sagesse et aussi Etoile du Matin (Apocalypse 22), tout un programme… féminin!)

    J’espère que ce n’est pas trop confus et je jure mes grands dieux que je n’ai rien chipé à Camoin et son livre sur MM que je n’ai même pas lu (je n’aime pas les gens qui font du fric avec l’Esprit, lui ou tout autre: je les appelle les Marchands du Temple car l’esprit est donné gratuitement aux hommes et on ne doit pas faire d’argent avec).

  51. Jenny dit :

    je suis aussi ésotériste, et l’Etoile, pour moi, est la représentation de la force instinctive pure, sans arrière pensée. Elle ne représente pas du tout une prostituée, (!) mais bien le contraire, une femme apte à procréer, car toutes les conditions sont là pour donner naissance, le sol, l’oiseau (le destin , l’aide surnaturelle), la verdure, les étoiles, dans une bonne configuration, il ne manquait plus qu’elle, cette femme aux cheveux bleus(pureté) longs(fécondité)pour susciter le désir, et apporter la graine de germination. A noter qu’elle cache son sexe par les amphore, ce qui signifie qu’elle a un but bien autre que celle de la prostituée! Son but et la crétion, ou pro-création, à l’image de la déesse babylonnienne, Ishtar. Quel imbécile a donc pondu la Bible, pour rabaisser autant l’image de la femme? Ne prenons pas des vessies pour des lanternes, que Dieu! Sur ce, votre site est ludique et intéressant; c’est intéressant d’avoir la vision du tarot par un homme.
    Bien à vous,

Répondre à Madeleine Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *