Valet de Bâton, la suite

 Extraits du courrier :

jérôme | 20 janvier 2012 Oui, on a donc écrit : VALET°DE°BATON ° où il est clair que le dernier rhombe ou point (°) est nettement détaché du reste du texte du cartouche. Très logiquement : puisque un ° multiplie par 2, alors 2 ° multiplient par 4 (2 x 2) … en n’oubliant pas de retrancher à ce total ce qui suit le °. Donc ici, en reprenant les justes valeurs trouvées par quichote, et en suivant la règle du code qui est de multiplier par 2 puis de retrancher ce qui suit, on a : VALET°E°ATO vaut ( (22+1+12+5+20) * 4 ) – (5 * 2) – (1+20+15) = 60*4 – 5*2 – 36 = 240 – 10 – 36 = 230 – 36 = 194 = 14 = 5 Il reste le dernier °, nettement détaché du reste du texte. Il indique qu’il faut multiplier ce résultat par 2 et retrancher ce qui suit rien ne suit… donc, retrancher 0). 5 ° 2 = 10 …. ou 1. (…)
jerome | 21 janvier 2012 notez que si on considère le dernier ° comme les deux autres, autrement dit comme s’il était collé à VALET DE BATON, ainsi : VALET°DE°BATON°, sans espaces, alors on doit considérer que le premier ° multiplie par 8 (2×2×2), le deuxième ° par 4 (2×2) et le dernier ° par 2. (avec, toujours, la soustraction de ce qui est à droite du °) VALET°E°ATO° vaut ( (22+1+12+5+20)*8) – (5*4) – ((1+20+15)*2) = 60*8 – 5*4 – 36*2 = 480 – 20 – 72 = 480 – 92 = 388 = 19 = 10 = 1 et bien sûr on trouve le même résultat qu’avec l’autre découpage. Mais il me semble qu’il faut tenir compte du léger détachement du dernier ° : VALET°DE°BATON ° mais c’est peut-être là un détail…. mineur ^^ .
quichote | 21 janvier 2012, 3:48 Merci Jérome pour ta réponse, je n’aurais jamais trouvé tout seul faut dire qu’en plus j’avais omis de soustraire après le °. Du coup si j’applique cette méthode à LA°MAISON°DIEV, [(12+1)*4] – [(13+1+9+15)*2] – (9+5+22) = 13*4 – 38*2 – 36 = 52 – 76 – 36 = – 60 et je suppose qu’en rajoutant les 37 deniers on obtient 60+37 = 97 avec 9+7 =16 BINGO! Est-ce correct? (…) —————————– Bravo à tous les deux. Pour XVI, La maison-dieu, oui, il faut faire intervenir un élément graphique, ici les 37 deniers. Pour notre valet maintenant… J’ai remarqué que cette lame du jeu dit du Bicentenaire Camoin (1960) a été légèrement modifiée. On a enlevé les inscriptions France et Nas Conver. Et on a modifié l’inscription dans le cartouche ! L’éditeur Pierre camoin ne commet pratiquement jamais ce genre de crime de lèse-Tarot dans son édition. Il le fait ici… Nous avons sur le Héron, dont je présente ici le Valet de Bâton en résolution raisonnable, ce qui suit : VALET DEBATON* ET JE DIRAIS MÊME PLUS: VALET DERATON* !!! Vous me suivez ?








Print Friendly, PDF & Email

À propos de Rom

Je me nomme Marc Olivier Rainville. Je suis connu sous le nom de Rom depuis mes débuts dans la Tarotsphère en 1998. Je suis Bachelier en Animation et recherche culturelle, mineure en Histoire de l’art, de l’Université du Québec à Montréal (Promotion 1982). Je m’intéresse à l’histoire du Tarot depuis 1985. J’ai eu la chance de bénéficier d’un concours de circonstances favorables qui m’a permis d’approfondir mes recherches sur le sujet. J’en livre le fruit ici.
Bienvenue sur Tarotchoco !

Ce contenu a été publié dans Le code secret du Tarot - Le site de Rom. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Découvertes de nouveaux blogues québécois!



24 réponses à Valet de Bâton, la suite

  1. quichote dit :

    Oui, REEE est pour REynEdE_bATOn image conver sur ce site.

  2. Rom dit :

    Je pourrais peut-être mettre en ligne mes solutions en code majeur pour les Honneurs. J’attends un peu ? Et je ne détesterais pas que quelqu’un nous arrive avec les solutions en mode mineur. Quoique je ne pense pas que ça soit possible. Et est-ce que REEE ne serait pas plutôt REE E ?!

  3. jérôme dit :

    Merci de la précision, Rom.
    REEE est pour REynE dE (baton), sauf erreur; c’est bien ça quichote?

  4. Rom dit :

    Oui ! Les règles de ce code restent à être édictées correctement. Mais la première devrait être que celles qui suivent ne sont contraignantes que si elles permettent à l’intuition de se déployer. Ça vaut pour permettre aux éléments graphiques de s’intégrer, parfois.
    Quichotte … Qu’appelles-tu REEE ?

  5. jérôme dit :

    code malléable, ou souple, oui certainement ! Ta proposition de décodage me semble fonctionner ici.

    Par ailleurs, je soutiens que la carte dans son ensemble (cartouche compris, et même la forme des lettres) fournit des indices de décodage.

  6. quichote dit :

    Alors j’ai une proposition pour ce VALET ERATO° qui fonctionne aussi avec la REEE ATON° (image du conver sur ce site)mais pour cela il faut considérer que l’espace entre deux mots et le points en final vaut à faire une soustraction.
    – VALET « espace » ERATO « point »= 60 – 59 = 1.
    – REEE « espace » ATO « point » = (18+5+5+5) – (1+20+15) = 33-36 = 3.
    Cela implique de voir cet espace et ce point. Le point qui suit un déterminatif comme LE amène à la multiplication mais accompagné d’un espace situé à un endroit précis amènerait à une soustraction, c’est enfin l’idée qui m’est venu. Car sur certaine lame y compris les majeures on trouve ces « espaces » entre mot, ces « point » qui parfois séparent ou réunissent des mots, du coup peut-être faut-il les considérer autrement, comme la possibilité de rendre le code malléable.

  7. Rom dit :

    Ok… En fait, il faut reconnaître que le divin codeur nous amène parfois malgré lui sur de fausses pistes. Crois-en un spécialiste ! Ceci dit, il y a également souvent plus d’une solution lumineuse par proposition. Pour les Honneurs, je ne pense pas que l’on puisse les décoder autrement qu’avec le code majeur. Je n’ai cependant passé que peu de temps là-dessus.

  8. jérôme dit :

    Eh bien par exemple, la manière particulière dont le valet tient le bâton, comme une barre verticale, un I, semble justement pointer vers le Bateleur, le 1 .

  9. jérôme dit :

    Simplement que la globalité de la carte, ou un certain détail, donne parfois (ou souvent?) un indice utile au décodage.

  10. Rom dit :

    Je dirais que c’est la piste à privilégier. Je ne saisia pas ce que tu veux dire à propos du graphisme…

  11. jérôme dit :

    VALET= 60
    ERATO=59
    La différence fait 1! Est-ce selon toi la piste à suivre? mais si oui, je ne vois pas ce qui justifie ce traitement dans le graphisme de la carte.
    (Tu en avais bcp, des canines?)

  12. Rom dit :

    Je dirais même plus un terrain miné. Rom y a laissé ses canines.

  13. Rom dit :

    Il faut traiter les deux propositions (Valet erato) séparément. Pour le décodage des Honneurs avec le code mineur, c’est un terrain vierge, les mecs…

  14. Rom dit :

    Bonjour. Pour notre valet…

    Valet erato et non pas Valet e rato. Regardez bien le cartouche.

  15. jérôme dit :

    Le bâton du valet, lui, pointe vers le « N » (comme s’il allait l’écraser) : est-ce l’indice qu’il faut utiliser le code mineur, auquel ‘n’ appartient ?

  16. jérôme dit :

    Il y a une autre possibilité pour le cavalier. En effet, le bâton tenu verticalement est juste à l’aplomb du point. Cela signifie peut-etre, comme pour le roi, qu’il faut décoder en mode majeur ? Et comme pour le roi, le second terme est-il celui qu’il faut multiplier? On a:
    CAVALIER ¤ dEbATOn ¤
    Soit : (3 1 22 1 12 9 5 18) ¤ (5 1 20 15)¤
    Comme on met en avant le 2ème groupe (EATO), car il est sous le bâton du cavalier, on a donc (41*2) – 71 = 11 = 2
    Cela, plus les exemples du roy et de la reyne, semble indiquer que le dessin même de la carte contient des indices précieux pour le décodage.

  17. jérôme dit :

    Dans ce cas pour le valet, en mineur on a:
    D N ¤ = 4+14+1 = 19 = 10 = 1
    Merci quichote.

  18. jérôme dit :

    Peut-être faut il ajouter le ¤ qui suit au total des mineures ? Car ce point doit bien être là pour quelque chose? Je ne sais pas.

  19. jérôme dit :

    Damnerde! Tu as raison !

  20. quichote dit :

    J’aimerais apporter un rectificatif, Jérôme tu as ecrit : « Et E N’ donne (5+14)’ en mineur », or c’est la lettre « D » et pas « E » soit 4+14 et non pas 5+14, comme 4+14=18 soit 9 cela ne fonctionne pas !

  21. jérôme dit :

    La reine, farceuse, s’intitule « REYNE DE BASTON » !
    On note que le baston en question « pointe » sur le « point ». Est-ce pour nous suggèrer de revenir au code majeur? Maybe. En tout cas :
    REE E ATO ¤ vaut (18+5+5+5+1+20+15) * 2 = 69 * 2 = 138 = 12 = 3 : autrement dit, soit III soit XII .

  22. jérôme dit :

    Pour le cavalier, il est écrit :
    CAVALIER’DEBATON’
    si on prend la même option (lettres du code mineur et pas de multiplication par 2) on obtient :
    D B N = 20 ou = 2 c’est à dire le jugement ou la papesse

  23. jérôme dit :

    Bon. Si l’on prend valet de raton cela donne:
    VALET E RATO’ en majeur et
    D N ‘ en mineur
    VALET E RATO’ donne 119′ donc 238 = 13 = 4 en majeur
    Et E N’ donne (5+14)’ en mineur
    19=10=1 , comme le bateleur
    Cela signifie peut-etre qu’avec les honneurs (ou « arcanes mineures »), il faut prendre le code… mineur, et ne pas multiplier par 2 lorsqu’on a le ‘ ?

Répondre à jérôme Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *