Valet de Bâton

valet-de-baton

Extrait du courrier :

quichote |
20 janvier 2012, 4:40

Bonjour,
rien à voir avec le roi de coupe, mais j’aimerais comprendre le calcul relatif au “VALET.DE.BATON.” car je ne trouve pas la valeur que vous lui attribué à savoir 1 celle du BATELEUR.
VALET. E. ATO. soit (22+1+12+5+20)*2 +5 *2 + (1+20+15)*2 = 60*2 +5*2 +36*2 = 120+10+72 = 202 soit 2+0+2 =4 ! et non 1. Donc je ne comprends pas, le point qui suit “valet”, “de” et “baton” implique bien de multiplier l’expression par 2, non?
Pourriez-vous m’éclairez s’il vous plait?

Autre question concernant les as. Où voyez-vous que le nom qu’il est leur est couramment donné est bien le bon, car lorsque je regarde ces as je ne vois aucun nom sur les lames tout comme aucun nom n’est inscrit sur la lame 13. Pourquoi l’as et pas le UN D’EPEE par exemple?
Merci.
D’autre part

Rom |
20 janvier 2012, 15:42

Ne pas oublier que oui, avec le point on double la valeur mais on doit également soustraire le résultat de la proposition suivante. Ca se corse quand il y a plus de deux propositions, comme ici, valet, de ainsi que bâton. Je te laisse plancher un peu. Sinon, je te reviens avec la solution pour ce valet. À moins que Jérôme… Pour les As, je n’ai pas d’explication qui me vienne à l’esprit pour le moment. Merci de ton intérêt !








Print Friendly, PDF & Email

À propos de Rom

Je me nomme Marc Olivier Rainville. Je suis connu sous le nom de Rom depuis mes débuts dans la Tarotsphère en 1998. Je suis Bachelier en Animation et recherche culturelle, mineure en Histoire de l’art, de l’Université du Québec à Montréal (Promotion 1982). Je m’intéresse à l’histoire du Tarot depuis 1985. J’ai eu la chance de bénéficier d’un concours de circonstances favorables qui m’a permis d’approfondir mes recherches sur le sujet. J’en livre le fruit ici.
Bienvenue sur Tarotchoco !

Ce contenu a été publié dans Le code secret du Tarot - Le site de Rom. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Découvertes de nouveaux blogues québécois!



9 réponses à Valet de Bâton

  1. jérôme dit :

    Svp Rom: pourrais-tu déplacer ce dernier post dans le sujet « Valet de Bâton, la suite » ?

  2. jérôme dit :

    Dernier décodage de cette série: le roy, en utilisant le code majeur, comme indiqué par la reyne. On a:
    ROy dE¤ bATOn |||||
    Le mini . qui précède le b ne semble pas signicatif. Ce qui l’est, en revanche, c’est le baton du roy dont la pointe pointe sur le A (et donc sur le groupe à droite du ¤ : E A T O
    Il donne la 1ère place à ce groupe, c’est donc lui qu’il faut multiplier. Calculons:
    EATO ¤ RO = (5+1+20+15)*2 -(18+15) = 41*2 – 33 = 49 = 13 = 4.
    Le cartouche nous confirme charitablement que la carte suivante
    est la 5 (les 5 |) et qu’on en a fini avec les « honneurs » de cette série.

  3. quichote dit :

    Oui pas mal du tout Rom, surtout que 78 cartes soit 7+8=15 le diable (le tarot aurait pour maitre de jeu le diable?) et 1+5 =6 l’amoureux. En quittant sa maison (dieu) 16, l’amoureux se serait-il perdu en rencontrant le diable? Or on sait que le diable est beau joueur puisqu’il a besoin du libre arbitre de celui qu’il tente.
    Peut-être que cela n’a aucun lien, mais pour l’as (aes) qui était une monnaie romaine, je note qu’un denier valait 10 as puis est passé à 16 as (source wikipedia as monnaie).

  4. Rom dit :

    Creuser ? Quelqu’un a dit creuser ? Je suis partant ! Bon, je vous félicite tous les deux pour vos contributions. Je met maintenant en ligne ma solution pour Valet de Bâton. À tout de suite …

  5. jérôme dit :

    Incidemment, si Rom est d’accord, ce serait intéressant de creuser un peu la question du décodage des mineures, qui soulève des questions spécifiques.

  6. jerome dit :

    c’est tout à fait juste, quichote !

    Remarque aussi que le 60 = 6 de la Maison Diev renvoie aussi au 6 de l’Amoureux (6ème atout). La maison diev serait-elle celle de l’amoureux ?
    Comme tu l’as calculé, DIEV vaut 36, autrement dit 6 x 6. L’amoureux au carré, si on peut dire. Comme dit Bernard Harmand: « le meilleur moteur de recherche, c’est pas Google… c’est la ferveur. »

    Pour ce qui est des AS, le mot « As » est d’un usage très ancien, et en tout cas parfaitement avéré pour les tarots dès le XVIIème siècle. Voir la règle du jeu de l’Abbé de Marolles, publiée à Nevers en I637, qui accompagne la belle édition du Tarot de Jacques Viéville. L’As de Deniers, par exemple, y est appelé « l’As de la Belle ».

    … et tu as sans doute remarqué que  » As « , en code, vaut 1, bien sûr ;)

  7. quichote dit :

    Merci Jérome pour ta réponse, je n’aurais jamais trouvé tout seul faut dire qu’en plus j’avais ommis de soustraire après le °.
    Du coup si j’applique cette méthode à LA°MAISON°DIEV, [(12+1)*4] – [(13+1+9+15)*2] – (9+5+22) = 13*4 – 38*2 – 36 = 52 – 76 – 36 = – 60 et je suppose qu’en rajoutant les 37 deniers on obtient 60+37 = 97 avec 9+7 =16 BINGO! Est-ce correct?
    Pour les as, ma question portait moins sur le calcul que sur l’emploi de ce mot particulier et si courant alors qu’il n’est pas indiqué sur les lames.
    Merci en tout cas.

  8. jerome dit :

    notez que si on considère le dernier ° comme les deux autres, autrement dit comme s’il était collé à VALET DE BATON, ainsi : VALET°DE°BATON°, sans espaces, alors on doit considérer que
    le premier ° multiplie par 8 (2x2x2),
    le deuxième ° par 4 (2×2)
    et le dernier ° par 2.
    (avec, toujours, la soustraction de ce qui est à droite du °)

    VALET°E°ATO° vaut ( (22+1+12+5+20)*8) – (5*4) – ((1+20+15)*2) =
    60*8 – 5*4 – 36*2 =
    480 – 20 – 72 = 480 – 92 = 388 = 19 = 10 = 1

    et bien sûr on trouve le même résultat qu’avec l’autre découpage. Mais il me semble qu’il faut tenir compte du léger détachement du dernier ° :
    VALET°DE°BATON °
    mais c’est peut-être là un détail…. mineur ^^ .

  9. jérôme dit :

    Oui, on a donc écrit : VALET°DE°BATON °
    où il est clair que le dernier rhombe ou point (°) est nettement détaché du reste du texte du cartouche.

    Très logiquement : puisque un ° multiplie par 2, alors 2 ° multiplient par 4 (2 x 2) … en n’oubliant pas de retrancher à ce total ce qui suit le °.
    Donc ici, en reprenant les justes valeurs trouvées par quichote, et en suivant la règle du code qui est de multiplier par 2 puis de retrancher ce qui suit, on a :
    VALET°E°ATO vaut ( (22+1+12+5+20) * 4 ) – (5 * 2) – (1+20+15) =
    60*4 – 5*2 – 36 =
    240 – 10 – 36 = 230 – 36 = 194 = 14 = 5
    Il reste le dernier °, nettement détaché du reste du texte. Il indique qu’il faut multiplier ce résultat par 2 et retrancher ce qui suit rien ne suit… donc, retrancher 0).
    5 ° 2 = 10 …. ou 1.

    Je présume que Rom arrive au même résultat plus élégamment, mais c’est ainsi que je l’interprète.

    Pour les AS, qui n’ont pas de cartouche, il me semble que le problème se pose différemment.

Répondre à jérôme Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *