Ko – La révolution

En réalité l’État n’est qu’un camouflage qu’utilisent les individus qui le manipulent. De ce fait, la convention originelle de l’État légal glisse de plus en plus vers la situation d’une forme de société primitive, en l’occurrence celle du communisme d’une tribu primitive, soumise à l’autocratie d’un chef ou d’une oligarchie.
C. G. Jung, Présent et avenir, p. 21

J’aime bien commencer un article par une citation punchée. Conclure de la même manière, c’est le nirvana.

(…) Machiavel voit (le pouvoir) aux main du Prince. Cicéron craint le peuple et vénère l’aristocratie tandis que Machiavel craint les grands et affirme que le Prince doit s’appuyer sur le peuple. D’ailleurs Machiavel fonde la liberté de la république sur les luttes qui opposent le peuple aux grands (…) Dans cette reconnaissance de l’utilité de l’opposition entre grands et peuples, dans la valorisation politique du peuple par rapport aux grands, Machiavel continue d’innover.
Jean-Marc Piotte, Les grands penseurs du monde occidental, p. 135

beatles-revolution








Print Friendly, PDF & Email

À propos de Rom

Je me nomme Marc Olivier Rainville. Je suis connu sous le nom de Rom depuis mes débuts dans la Tarotsphère en 1998. Je suis Bachelier en Animation et recherche culturelle, mineure en Histoire de l’art, de l’Université du Québec à Montréal (Promotion 1982). Je m’intéresse à l’histoire du Tarot depuis 1985. J’ai eu la chance de bénéficier d’un concours de circonstances favorables qui m’a permis d’approfondir mes recherches sur le sujet. J’en livre le fruit ici.
Bienvenue sur Tarotchoco !

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Découvertes de nouveaux blogues québécois!



2 réponses à Ko – La révolution

  1. Rom dit :

    Ce n’est qu’un début…

  2. vivi dit :

    Ah l’état,

    Il y a quelque part encore des peuples et des troupeaux, mais ce n’est pas chez nous, mes frères: chez nous il y a des États

    L’État, c’est le plus froid de tous les monstres froids: il ment froidement et voici le mensonge qui rampe de sa bouche: « Moi, l’État, je suis le Peuple. »
    C’est un mensonge! Ils étaient des créateurs, ceux qui créèrent les peuples et qui suspendirent au-dessus des peuples une foi et un amour: ainsi ils servaient la vie.

    Ce sont des destructeurs, ceux qui tendent des pièges au grand nombre et qui appellent cela un État: ils suspendent au-dessus d’eux un glaive et cent appétits.

    Partout où il y a encore du peuple, il ne comprend pas l’État et il le déteste comme le mauvais oeil et une dérogation aux coutumes et aux lois.

    Je vous donne ce signe: chaque peuple a son langage du bien et du mal: son voisin ne le comprend pas. Il s’est inventé ce langage pour ses coutumes et ses lois.

    Mais l’État ment dans toutes ses langues du bien et du mal; et, dans tout ce qu’il dit, il ment – et tout ce qu’il a, il l’a volé.

    Tout en lui est faux; il mord avec des dents volées, le hargneux. Même ses entrailles sont falsifiées.

    NIetzsche (Zarathoustra)

    L’état, mais on lui doit beaucoup, par exemple le phénomène appelé  » The Dunning-Kruger effect » :

    L’effet Dunning-Kruger décrit un phénomène selon lequel les moins compétents dans un domaine surestiment leur compétence alors que les plus compétents auraient tendance à sous-estimer leur niveau de compétence.

    Le gouverne ment, c’est bien connu!

Répondre à Rom Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *