Tros petits chats à Paris

(…)

Les émotions, ça donne soif. Je me suis retrouvé à la terrasse d’un petit troquet, Le poltron niquet. Il parait que le garagiste de Simonde Beauvoir  avait ses habitudes à cet endroit. On y servait de la grenadine bien fraîche. J’étais pour parler des écureuils avec le garçon. Je me suis retenu à la dernière seconde. C’est qu’il semblait assez occupé, le mien. J’ai pensé à ma question comme il faut avant de la poser. Moi, c’était juste pour jaser. Je m’en foutais bien des écureuils dans le fond.

J’ai demandé un refill de grenadine. J’ai posé ma question.

– Est-ce que vous avez pas mal de neige, par ici, l’hiver ?

– Moi, non. Mais si vous allez du côté de Chamonix, j’ai de la famille là-bas et ma grand-mère en vend à la pelle. Vous reprenez de la glace avec votre grenadine?

– S’il vous plait.

– Je vous apporte ça tout de suite.

Voilà. C’était torché comme réponse, non ? Je pense qu’il est quand même allé se moquer de mon accent avec le barman. Mais pas dans ma face, en tous cas. Il est resté poli et tout.

Il est revenu avec mon glaçon.

– Et un glaçon pour monsieur.

– Vous êtes bien aimable.

– À votre service. Vous faites demander Raoul si vous ne me voyez pas à votre prochaine visite. N’hésitez pas surtout. Je prends toujours mon service en après-midi.

– Je ne vous manquerai pas. Dites, votre grand-mère, elle cuisine des spécialités locales si jamais je passe dans son coin ?

– Vous savez, au printemps elle se repose. Elle fait surtout du vélo.

– Chamonix, je connais. C’est sur le Mont Blanc.

– Si on veut. Quoique… Ce serait plutôt le contraire, je dirais. Écoutez, la spécialité de la région, c’est le gratin dauphinois.

– Du poisson gratiné ?

– Des tripes. Dites donc, vous ne vous reposez jamais, vous.

Je veux dire, il est où le problème avec les garçons de café parisiens ? Ils sont sympa et tout.

Le-Troquet-Logo

Il suffit de les vouvoyer finalement. Une belle fille s’est assise à la table de côté. Elle l’a appelé Marcel. Il m’a fait un clin d’œil.

– Bonne continuation, monsieur. Bon séjour.

– Cool, Raoul. Vous aussi.

La fille s’est mise à rire. Il est allé prendre sa commande comme si de rien n’était. Je pense que c’est notre accent. Mais on a quand même la cote, nous autres les Québécois. Elle me regardait par en dessous en attendant son dé à coudre de café. Ça devait être la blonde du garçon. Les amoureux se donnent des petits noms comme ça. En tous cas, moi elle aurait pu m’appeler Charlemagne ou Pompidou, ça ne m’aurait pas dérangé une miette.

(On rigole, quoi !)








Print Friendly, PDF & Email

À propos de Rom

Je me nomme Marc Olivier Rainville. Je suis connu sous le nom de Rom depuis mes débuts dans la Tarotsphère en 1998. Je suis Bachelier en Animation et recherche culturelle, mineure en Histoire de l’art, de l’Université du Québec à Montréal (Promotion 1982). Je m’intéresse à l’histoire du Tarot depuis 1985. J’ai eu la chance de bénéficier d’un concours de circonstances favorables qui m’a permis d’approfondir mes recherches sur le sujet. J’en livre le fruit ici.
Bienvenue sur Tarotchoco !

Ce contenu a été publié dans Art. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Découvertes de nouveaux blogues québécois!



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *