Portrait : Un pédagogue déjanté, Alejandro Jodorowsky

180px-alejandro_jodorowsky

 »Pour que les gens aiment le TAROT, il faut agir comme professeur du TAROT et leur expliquer. »

Alejandro Jodorowsky

 C’est aussi Jodo qui affirme, en parlant de l’histoire du jeu,  que le Tarot s’est créé lui-même. Rien que pour celà, ma sympathie lui est à jamais acquise !

Rom








Print Friendly, PDF & Email

À propos de Rom

Je me nomme Marc Olivier Rainville. Je suis connu sous le nom de Rom depuis mes débuts dans la Tarotsphère en 1998. Je suis Bachelier en Animation et recherche culturelle, mineure en Histoire de l’art, de l’Université du Québec à Montréal (Promotion 1982). Je m’intéresse à l’histoire du Tarot depuis 1985. J’ai eu la chance de bénéficier d’un concours de circonstances favorables qui m’a permis d’approfondir mes recherches sur le sujet. J’en livre le fruit ici.
Bienvenue sur Tarotchoco !

Ce contenu a été publié dans Portraits. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Découvertes de nouveaux blogues québécois!



11 réponses à Portrait : Un pédagogue déjanté, Alejandro Jodorowsky

  1. Jérôme Coulomb dit :

    … j’ai imprimé ça, Charly, pour le relire et le méditer… Quel beau texte! Quelle clarté, quelle profondeur sur des choses aussi subtiles, et si difficile (sans doute) à exprimer simplement !

  2. Charly Alverda dit :

    Bonjour

    Je ne peux résister, face à cette anecdote de la création du tarot par Jodo, à présenter un extrait de l’étude fabuleuse de Carteret (son vrai nom !) sur notre sujet. Pour ceux qui ne connaissent pas cet auteur, rappelons qu’il a été le premier (à ma connaissance !) a montré l’analogie entre les 22 lettres de l’alphabet hébraïque et le Tarot et leur origine commune à partir des 22 polygones entiers contenus dans le cercle.

    LE TAROT, une ordonnance du verbe (extrait)

    L’architecture du Tarot témoigne de l’ordonnance de la création par rapport a la créature. La mancie dégénérée et superstitieuse est incapable, dans cette confrontation a ce théâtre du vide, d’y voir autre chose qu’un sombre déterminisme.

    En fait, il s’agit de savoir, y lire comment la création se présente, en ses valeurs poétiques, a la créature. Ce qui révèle alors le style selon lequel le monde s’offre a nous et ce qui se cache derrière tous les accidents du monde. Et ce regard n’est pas mathématique, il ne saurait jamais être que vécu…

    Le Tarot doit être regardé comme le théâtre de ces réalités, il n’a d’autres propos que de nous conter les rapports amoureux et souvent pleins de crises, du Ciel et de la Terre et de l’homme et du monde.

     » La diseuse de bonne-aventure  » ne peut nous renseigner que sur les contenants a vivre et seule la réalité qui suivra, pourra remplir ces contenants.

    Autrement dit, tout est possible, toujours, seulement pas n’importe comment, là est la rigueur du langage du Tarot. Cette rigueur n’est absolument pas logique, elle s’exerce dans l’analogie. La logique est a l’analogie ce qu’est la loi des contenus à la loi des contenants.

    Dans l’entre-deux chaises de la vision, le voyant, commençant par l’expérience, doit affirmer la réalité a laquelle il assiste mais cette réalité est l’expression d’une transcendance et d’une structure et il est nécessaire d’en venir à structurer l’expérience du Tarot.

    La cartomancienne puise encore dans ce qui la concerne qu’elle projette sur l’autre. A l’opposé d’elle se tient le prophète capable, lui, de voir ce que l’autre concerne et non ce qui concerne l’autre.

    Qualitativement, le prophète contient le terme, il est lui, capable de voir au-delà de ce qui est ici et maintenant vécu. Ce qui nous concerne, c’est la voyance ; ce que nous concernons, c’est la prophétie.

    Dans le Tarot il y a le témoignage stupéfiant de l’ordonnance du monde. La création a trouvé le le moyen de passer a travers la créature (la créature c’est ceux qui ont fait le Tarot) pour arriver a se manifester ; d’avoir vraiment en image ce que nous ne voyons pas du tout dans la réalité qui nous présente une quantité de fois une quantité de choses dont nous ne voyons plus les principes. En somme, c’est une révélation de principes, c’est un temple. »

    Cordialement,

    C…a

  3. Rom dit :

    ”(…) Coupez ! ”
    Géniale, cette anecdote, K+ !

  4. Jérôme Coulomb dit :

    le Tarot s’est créé lui-même, dixit Jodo.

    Bon, d’après une source confidentielle, au cours d’un entretien télé enregistré, Jodo aurait effectivement dit:

    – Le jeu de Tarot s’est créé lui-même !

    (une pause)

    – En revanche, les notices, c’est moi qui les écrit.

    (une pause)

    – Pour les petites boîtes en carton qui l’emballent, je ne sais pas. (Il se tourne vers quelqu’un hors champ : ) Philippe ?

    Et là, une voix à l’accent marseillais crie à l’opérateur:  » Coupez !  »

    Mais tu sais ce qu’on dit, Rom : il ne faut pas croire tout ce qu’on raconte ;-)

  5. Rom dit :

    Bien vu ! Peut-être a-t-il voulu se placer sous la protection spirituelle d’une autorité reconnue lorsqu’il a choisi son pseudo. Hadès était un des seuls auteurs sur le Tarot disponible en librairie lorsque Hadar est arrivé au Québec. Maintenant ils se disputent la place, côte à côte, sur les rayons.

  6. Jérôme Coulomb dit :

    écoute, ils boivent toutes sortes de spiritualités, mais nous autres, on a surtout bu du Vinho Verde… dans sa version blanche, légèrement mousseuse… très désaltérante ! Ca va avec tout, et en particulier avec la morue (une denrée très présente au Portugal).
    J’ai sans doute pas mal abusé… mais hélas, je ne puis aller à confesse : je ne suis pas catholique.

    A propos de Hadar, une question stupide : a-t-il un lien de parenté avec Hadès ?

  7. Jérôme Coulomb dit :

    Ah ben voilà !! Qu’est-ce que je disais ?? Il en a mis au pied de Tempérance et derrière la balance de La Justice !! ( Fais gaffe maintenant, quand tu cites des couleurs, Rom, STP)

    • Rom dit :

      Lachez-lui la grappe ! Remarque, je viens de boire un petit vin de table à robe violette; on dit de la piquette ici.
      Bon, écoutez les mecs, moi je milite pour le violet alors un peu de respect s.v.p. pour la pourpre écclésiastique. Je ne sais pas qui de Hadar ou de Camoin a introduit le violet en premier, en fait ca doit être Hadar, mais je ne peux que concourir à ce choix de couleur. Au Moyen- Age, le pourpre, le violet, est une des couleurs de base dans la symbolique des vitriers, qui comme chacun le sait sont les ancêtres du Tarot avec le père Suger.
      Ceci dit, qu’est-ce qu’ils boivent au Portugal, Jérôme ?

  8. Jérôme Coulomb dit :

    En attendant, ton K- va probablement se mettre à plancher sur Viollet-Leduc !

    arrête, Rom, tu vas lui donner des idées… il ne manque plus qu’un peu de violet dans le K – …

    (à moins bien sûr que Marie-Madeleine ait aimé porter du violet… précision historique et devoir d’authenticité oblige ! ;-) )

  9. Rom dit :

    Lâche-lui un peu la grappe, à Camoin. Prends-toi en plutôt aux gogos qui gobent tout ce qu’on leur propose. Philippe lui-même te dirait que son Tarot restauré ne prétend pas à une place identique au Tarot du Bicentenaire de sa maison, sur le plan historique. Tu sais avec toutes ces reconstitutions modernes, Haddar ayant parti le bal, on se retrouve avec le même débat qui avait cours au XIXe siècle à propos de la reconstitution du patrimoine architectural religieux français par Viollet-Leduc. Les mêmes arguments reviennent sans cesse !
    Donc, bien sûr, que le Camoin nouveau mérite peut-être la note de B- (ou même K- !) sur le plan historique. En fait, c’est surtout le marketing qui est fait autour du jeu qui irrite, les prétentions irréalistes érigées en préceptes New-Age. Mais là, on touche à un problème de régie interne au sein de cette maison d’édition.
    Moi je préfère plutôt m’offusquer du sort qui a été réservé au joyau de la couronne, le Bicentennaire. Les bois de poirier du Conver méritaient mieux. Il faut plancher pour en saisir toutes les nuances, la substantifique moelle… À quand une nouvelle édition ? En attendant, ton K- va probablement se mettre à plancher sur Viollet-Leduc !

  10. Charly Alverda dit :

    ”Pour que les gens aiment le TAROT, il faut agir comme professeur du TAROT et leur expliquer.”

    Au moins son disciple K- applique le précepte à la lettre ! Ses cours de Code (permis de conduire le véhicule de Tchalaï !) ne sont pas donnés. Rom tu as d’ailleurs raté une fortune, mais tu es comme moi, pas vénal !!

    Par contre j’ai rencontré quelques fois Jodo et il n’a jamais fait payer ses cours à l’Ecole des Mines et ailleurs ( j’ai oublié le nom). C’est un artiste véritable, pour ceux qui ne connaissent que l’homme de cinéma et des tarots, il était quand même fondateur du groupe Panique avec Topor et Arrabal !!

    Cordialement,

    C…a

Répondre à Charly Alverda Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *