Mise à jour – Le monde

Je fais une petite mise à jour pas prévue, là. Il y a eu un décès dans ma famille la semaine dernière. On dirait que je reçois des grâces de l’Au delà depuis. On a fait des photos de famille. Je vous met ça en ligne bientôt. Et puis, j’ai finalement eu mon Bar-B-Q. J’ai pensé à vous ! Des saucisses bien ordinaires, relish, ketchup. Je suis végétarien mais non pratiquant. On a eu un début de mini tempête puis le grain est passé. Et de retour à la maison, je réfléchissais à tous nos brainstormings. Le truc 182-183 x 2 = 365-366.  Le système Majeures (sic) – Honneurs égal ou quasi égal, c’est un calendrier, bien sûr, mais c’est surtout un sumbolon ! J’en parle dans un article à venir. Mais indirectement, ceci menant à cela…

Rom nous explique tout ça dans son style ampoulé mais toujours sur le mode festif:

Le monde

(…) Le moine Suger quant à lui semble avoir renoncé à l’interdit qui porte sur toute représentation de la femme, habillée ou non. Les moines sont tenus en tous temps de baisser les yeux en leur présence, qu’elles soient de chair ou en image. Il faut dire à sa décharge qu’il était également prêtre. Il a très bien pu présenter cette figure comme une représentation du Sauveur. Il existe quelques représentations du Christ avec des seins. Il s’agit d’une conflation des images d’Ève et de Jésus.

En ce sens, l’Arcane Le monde est une autre image christophore. C’est également pour cela que le personnage central a les jambes croisées. Il fallait rappeler la croix…

Voici un exemple, toujours de Suger. Elle provient d’un vitrail du XIIe siècle de la basilique Saint-Denis, le quadrige d’Aminabab. C’est signé Suger, bien sûr:

On notera que le thème central, Jésus en croix porté par son Père, est entouré par les quatre animaux, les quatre évangélistes, à peu de choses près le même choix de thème que pour Le monde.

La tête du Christ, inclinée, est double. Une tête féminine, le haut du visage, coiffe, littéralement, une tête masculine barbue, le bas du visage.

L’illustration de personnages jumeaux est fréquente dans l’iconographie symbolique. Nous avons vu au chapitre sur Le soleil que dans la symbolique alchimique, le fait qu’Adam transporte en lui une épouse en fait un être hermaphrodite même si on le représente sous la forme masculine. ¨Les couples divins sont, le plus souvent, des inventions tardives ou des formulations imparfaites de l’androgynie primordiale qui caractérise toute divinité.¨[1]
À nouveau sur ce sujet, Jung : «L’ombre suit continuellement celui qui marche vers le soleil, tel l’hermaphrodite Adam qui apparaît comme un mâle mais qui transporte toujours avec lui Ève, ou sa femme, cachée dans son corps.» [2] Jung nous explique que Adam et Ève, l’homme et la femme primordiaux, sont utilisés par les alchimistes pour illustrer l’union des contraires. Ils symbolisent tous les opposés qui existent dans l’univers. La cohabitation d’une symbolique alchimique et manichéenne dans le Tarot est un exemple de plus de son caractère syncrétique. Pour mémoire, pour comparaison avec l’image précédente :

En symbolisme gnostique, la nudité est symbole d’ascension, de retour à l’origine divine. Cette symbolique ascensionnelle au cœur d’une spirale tressée nous semble être une autre représentation du Temps. Ce serait le mécanisme symbolique complexe élaboré pour animer et illustrer le processus divinatoire. Notre danseuse voyage dans le temps.
Cette symbolique insérée au cœur du système Tarot couplée à un codage au niveau du nom des Arcanes (Tome III) nous suggère que le jeu est un calendrier !

On savait déjà que c’était une machine à voyager dans le temps… (…)
[1] Mircea Eliade, Traité d’histoire des religions, p. 354
[2] The portable Jung, p. 398








Print Friendly, PDF & Email

À propos de Rom

Je me nomme Marc Olivier Rainville. Je suis connu sous le nom de Rom depuis mes débuts dans la Tarotsphère en 1998. Je suis Bachelier en Animation et recherche culturelle, mineure en Histoire de l’art, de l’Université du Québec à Montréal (Promotion 1982). Je m’intéresse à l’histoire du Tarot depuis 1985. J’ai eu la chance de bénéficier d’un concours de circonstances favorables qui m’a permis d’approfondir mes recherches sur le sujet. J’en livre le fruit ici.
Bienvenue sur Tarotchoco !

Ce contenu a été publié dans Le code secret du Tarot - Le site de Rom. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Découvertes de nouveaux blogues québécois!



7 réponses à Mise à jour – Le monde

  1. Premdas dit :

    « …qui n’est pas un fardeau personnel comme on à malheureusement tendance à le croire et donc à le transformer comme tel… »

    Car bien entendu, la Croix devient pour nous ce qu’on croit…

    A +

  2. Premdas dit :

    « L’expression “une pierre sur une pierre” est à ce sujet très significative d’écrasement des supérieurs sur les inférieurs, quand les membres de la véritable Eglise du Christ (cf Saint Paul, Pauliciens et Cathares) sont tous égaux devant le Christ, de par la conscience qu’ils ont de partager ce Principe d’égalité et d’Amour. »

    Partageant cette Pierre fondamentale « rejetée par les bâtisseurs » de ce monde, les véritables Porteurs du Christ sont tous portés en porteurs en même temps, dans la plus parfaite égalité, et dans le respects des aptitudes et des dons de chacun. Ce n’est plus « une pierre sur une pierre », les uns écrasants les autres, selon la logique des « puissants de ce monde »; au contraire, chacun est un membre du Temple vivant, et un Temple à part entière.

    Dans ce cas, la Charge partagée n’est plus vraiment « portée », mais devient elle-même porteuse, élevant l’Humanité dans son Idéal de Beauté. Je parle bien sur de la Croix, qui n’est pas un fardeau personnel comme on à malheureusement tendance à le croire et donc à le transformer comme tel, mais représente bien une Charge universelle, à laquelle en principe chacun participe individuellement, qu’il en soit conscient ou non.

    Quelle « croix » à porter quand la véritable Croix est l’Idéal de Partage lorsqu’il s »accomplit non seulement en paroles, mais en acte, et en Vérité?

    C’est l’Idéal le plus élevé et le plus élévateur pour l’humanité, à la réalisation duquel participent tous les adeptes sincères et toutes les société initiatiques authentiques, souvent de manière discrète puisqu’ils ne suivent pas la logique orgueilleuse et ne recherchent pas la glorification des hommes, et néanmoins de manière active et bien présente. C’est l’Idéal poursuivi par les créateurs du Tarot; c’est celui que devraient en principe poursuivre tous les Marcheurs authentiques de ce Chemin qu’ils ont ouvert.

    Voici donc présentée cette Femme, qui n’est pas « sur la Croix », mais qui est la Croix ELLE MEME. C’est CELLE-CI qu’à porté le Christ, mais c’est ELLE qui l’a porté en Vérité, car c’est ELLE, LA PORTE, le Chemin et la Vie éternelle; c’est ELLE, l’Etoile du Matin, avec qui IL ne fait qu’UN, et nous UN avec LUI, qui à travers ELLE LUIT.

    « Toi, suis moi; ma Charge est légère, car je suis doux et humble de Coeur »

    Douceur et Humilité sont les deux Mamelles de la Divinité…

    On les retrouve dans les deux lettres Dalet de DaViD (reliées par un Waw vibrant), de la lignée duquel descend le Christ (le Waw en question), à savoir, la fructification objective de ce Principe maternel et providentiel, qui réunit et regroupe tous les êtres humains sous une même Matrice et une même LOI. Selon le choix de chacun, mais d’une manière égale pour tous, cette LOI maternelle qui pourvoit abondamment et prends soin de chacun, se manifeste comme Grâce ou comme Nécessité.

    C’est l’être humain qui choisit de se boucher l’horizon et de sombrer dans un abîme de maux, en restant confiné dans les ténèbres de son égoïsme ignorant, ou au contraire, de reconnaitre le Principe providentiel qui se propose à Tout Un Chacun et à Tous, symbolisé par la Mamelle double en nature, et sa fructification dans la Croix (Taw), symbole de Partage, de Mutualité et de Réciprocité.

  3. Premdas dit :

    « … le Waw représente le “Fils”, à savoir, le “Fil(S)” conducteur vibrant car vivant, qui peut s’établir entre tous les arcanes/paraboles de la Modalité inspirée. »

    Je rapelle que le Christ représente la Pierre d’Angle double en nature et en tant que telle lumineuse de LA MAISON DIEV, image de l' »Eglise intérieure » ou du « Temple de Dieu » que représentent les Porteurs du Principe christique. L’Evangile met en évidence le mauvais principe sur lequel sont baties les constructions ignotrantes d’une humanité avide de pouvoir; l’expression « une pierre sur une pierre » est à ce sujet très significative d’écrasement des supérieurs sur les inférieurs, quand les membres de la véritable Eglise du Christ (cf Saint Paul, Pauliciens et Cathares) sont tous égaux devant le Christ, de par la conscience qu’ils ont de partager ce Principe d’égalité et d’Amour.
    Ceci concerne l’enseignement pragmatique, permettant si on l’intègre, de participer à construire une humanité meilleure; et en ce qui concerne la modalité initiatique, autant les Porteurs du Christ sont tous « images » ou « symboles » du Christ, et représentent autant de modes du Principe divin, autant les arcanes du Tarot ou les paraboles imagées de la Torah représentent ce Principe de manière égale, suivant cependant le Principe de la transformation poétique, soit le Principe analogique permettant d’établir des liens vivants et lumineux entre les images.

    Ce Principe poétique et langagier, image du premier LIEN vivant entre le Père (aspect idéal, incorruptible, de la Volonté de fructification de l’Essence) et l’humanité (aspect corruptible, innaccompli de la Divinité), permettant que le Verbe (ETRE) se substantialise et que la Volonté d’objectivité de l’Essence s’accomplisse…

    … c’est le Christ.

    La Déesse du MONDE, c’est la Grande Image, le Modèle proposé à l’Humanité. C’est le Verbe potentiellement substantialisé, potentiellement tant qu’on n’en à pas fait fait fructifier le Principe. C’est ce que Tout Un Chacun est appelé à devenir, et c’est bien le But proposé par le Tarot. Il n’y à qu’à regarder: IL est de toute Beauté.

    Voir cette Beauté, c’est devenir véritablement VOYANT; et divination rime ici avec divinisation.

    C’est ainsi que la Croix nous invite à l’épouser, laissant derrière nous notre peur Sans NOM, pour embrasser notre véritable et glorieuse Destinée.

    A +

  4. Premdas dit :

    Bonjour Rom, encore merci pour cet article intéressant. Il est évident que Suger partageait l’Esprit et la Connaissance des « batisseurs » du Tarot, dont il faisait sans doute partie d’une manière ou d’une autre.

    Dis, pour toi, que représente la Croix ? J’aimerais bien le savoir. Ca pourrait d’ailleurs nous donner l’occasion de discuter d’une manière un peu plus vivante, plutôt que de te cantonner à proposer des champs de discussion pour ne pas y participer et regarder les deux correspondant s’animer et parfois « mouliner » dans l’arène, tout en mangeant des pop-corn ou des saucisses barbecue de ton coté en te marrant derrière tes hauts retranchements, donnant de temps en temps à notre égard une énigme laconique et facile en guise d’assaisonnement, qu’elle soit condescendante ou piquante. Sans vouloir t’offenser, c’est plutôt digne d’un César se reposant sur ses lauriers et aimant à donner le verdict final, que de quelqu’un désirant réellement partager le LAURIER et acceptant de vibrer dans la Fosse d’un IUGEMENT inspiré.

    Inutile de répondre à tous nos posts, surtout les miens qui sont nombreux (lol); mais il y a une différence entre faire le compatissant et donner de temps en temps une petite miette, que d’être réellement compassionné, sympathique et empathique, en réagissant et en participants aux partages sincères.

    Notes que je ne met pas le présent article dans les « petites miettes », ni aucun article d’ailleurs; je parle juste de tes interventions dans les articles. Si c’est question de pas trop passer de temps derrière l’ordi pour pouvoir profiter de l’été et de ses barbecues ensoleillés, pourquoi dans ce cas donner un nouvel article tous les deux jours, alors que certains articles sont loin d’avoir épuisé leur potentiel, et qu’ils vont ainsi disparaitre rapidement alors qu’on aurait pu échanger un maximum là dessus.

    Je pense par exemple à deux devinettes de Tchalaï, dont tu est loin d’avoir épuisé le potentiel ne serait-ce que de la question du comptage des lettres avec ton « LA MORT IE » qui clôt l’histoire -et la tombe- un peu vite; en effet, j’ai moi-même trouvé plus de 55 mots possibles, et ils sont tous très significatifs ! Mais je retiens bien mes leçons. ce n’est pas le lieu de parler de cela, un endroit est réservé à ce propos.

    Enfin, c’est toi qui vois. Alors, pour le présent article:

    « Cette symbolique ascensionnelle au cœur d’une spirale tressée nous semble être une autre représentation du Temps. Ce serait le mécanisme symbolique complexe élaboré pour animer et illustrer le processus divinatoire. Notre danseuse voyage dans le temps. »

    Rom, as-tu déjà entendu parler de Kalachakra, la Roue du Temps (qu’on trouve autant chez les bouddhistes que chez les hindous, et qui fonde la modalité tantrique) ? Le Tarot et sa structure initiatique représente une telle Roue du Temps.

    La conception du Temps est double (car transcendantale) dans la Modalité initiatique: succession temporelle et simultanéité s’accordent parfaitement.

    « ¨Les couples divins sont, le plus souvent, des inventions tardives ou des formulations imparfaites de l’androgynie primordiale qui caractérise toute divinité.¨

    Voir à ce propos l’article sur l' »Apsara » qui n’en est pas une, mais qui représente l’Androgyne Arddhanarishvara, qui fait référence à l’ Oeuf divisé de Brahma. C’est d’ailleurs l’image exacte du BaR de la Torah.

    « Il existe quelques représentations du Christ avec des seins. Il s’agit d’une conflation des images d’Ève et de Jésus. »

    Selon ce que j’ai dit plus haut, non de Jésus et d’Eve (devenir limité), mais de Jésus, le « Nouvel Adam » et donc Aysh réalisé, et Ayshah, son Esprit vivifiant et vivifié, se manifestant au travers de la « Chair » spirituelle, c’est-à-dire, les formes « féminines », agréables, belles et pénétrantes (en ce sens, elles sont également « mâles », car c’est en fait au travers des formes « femelles » que la Volonté « paternelle » peut nous pénétrer) du Royaume (toujours au féminin en hébreu) de la Conscience divinisée (symbolisée par le NOM YHWH, de double nature); formes spirituelles que sont les vertus qui témoignent du Principe véritable dont elles sont la manifestation.

    « En ce sens, l’Arcane Le monde est une autre image christophore.  »

    En fait, tous les arcanes du Tarot sont « christophores », puisque le Tarot est une modalité, ce qui signifie en profondeur que tous les arcanes représentent autant de modes ou d’aspect d’un Principe unique, à savoir le Christ (le BaR de la Torah). Tous les arcanes dévellopent donc ce Principe dont ils sont porteurs, et qu’elles individualisent dans leur forme particulière. Chacun d’entre eux développe ce Principe en le présentant sous un de ses aspects, mais ceci n’empêche pas qu’ils le portent tous dans son intégralité; seulement, dans un arcane, un aspect du Principe prime sur les autres, mais tous y sont représentés de manière plus ou moins potentielle. C’est cela qui permet l’analogie du système, à savoir, son Principe (nommé Logos), qui relie tous les arcanes et fonde leur Unité sous-jacente (le Christ est la Pierre de Fondement du Tarot comme de la Torah).

    Je rappelle, pour ceux que ça intéresse de faire des liens, que le Logos dans sa fonction analogique se trouve symbolisé dans la lettre Waw, signe du Verbe et de la Lumière intelligible (celle qui apparait lorsqu’on « fait le lien » ou qu’on « voit le rapport »), et de la relation proportionnelle. Or, au sein du NOM YHWH, c’est bien le Waw qui représente le « Fils », à savoir, le « Fil(S) » conducteur vibrant car vivant, qui peut s’établir entre tous les arcanes/paraboles de la Modalité inspirée.

    « Cette symbolique insérée au cœur du système Tarot couplée à un codage au niveau du nom des Arcanes (Tome III) nous suggère que le jeu est un calendrier ! »

    Dis, qu’entends tu par « Tome III »? Et vu qu’on ne l’a pas, nous en révélera tu un peu plus sur le sujet?

    Dans le vitrail que tu présentes, il y a des inscriptions; les connais-tu ? Si oui, peux tu nous les donner? Le code que tu as trouvé fonctionne-t-il avec elles ?

    « Je suis végétarien mais non pratiquant. »

    Saint Paul dit: « Tout acte qui ne relève pas d’une conviction intérieure est péché »

    Il dit également que « la chair est faible et corruptible »…

    …mais qu’il existe différent types de « chair », et laisse entendre qu’il en existe une divine, incorruptible celle-là… qui représente une nourriture de premier choix.

    A +

  5. Premdas dit :

    A ce propos, le Tarot nous donne une belle leçon. Le Tarot intègre, il n’exclue pas. Il parle toujours à qui veut bien écouter ce qu’il à lui dire. Plus encore, il réponds lorsqu’on lui demande. Il est disponible, et nous invite à le devenir également, à notre Etre profond et à la Vie.

    Il nous invite à vivre une expérience directe et individuelle avec ses symboles, pas à le vivre à travers des références livresques ou de seconde main. Par contre, il met en valeur toutes les compréhensions et les expériences authentiques qu’on a pu recevoir de la Vie, au travers de cette vaste modalité symbolique qu’est l’existence, que ce soit au moyen d’un livre, d’une rencontre ou d’une émotion, amenant l’Etre latent à émerger des profondeurs ; chacune de ces conceptions est alors vue comme une pierre vibrante, utile pour construire LA MAISON…

    … MAISON-DIEV qui ultimement n’est autre que cette Beauté sacrée et infiniment désirable, ELLE dont la nudité n’est voilée que mieux se laisser apprécier sans jamais se laisser profaner, avec l’Essence qui à travers ELLE peut pour nous devenir Chair vivante, parcequ’avec Amour, en sa profondeur, contemplée.

  6. Premdas dit :

    « Elle ne s’appelle pas Eve (Hevah), mais Ayshah… »

    Oui, j’ai oublié de dire qu’elle s’apellera Eve après la chute seulement; ce non cHaWaH signifie prprement un devenir ou une existence limitée; ce qui signifie qu’avant la chute, l’humanité jouissait d’un devenir illimité.

    « Même la Déesse de LETOIILE n’est pas completement nue…  »

    Oui, sans tenir compte de « l’habit de chair », qui est nudité. La pudeur de la Déesse est bien recouverte… et nous laisse objectiver comme une promesse ce SOLEIL qu’ELLE va enfanter.

    Rom; « nous explique que Adam et Ève, l’homme et la femme primordiaux, sont utilisés par les alchimistes pour illustrer l’union des contraires. Ils symbolisent tous les opposés qui existent dans l’univers. La cohabitation d’une symbolique alchimique et manichéenne dans le Tarot est un exemple de plus de son caractère syncrétique »

    Oui, en fait ceci confirme bien un de mes propos tenus à Charly, à savoir que la symbolique alchimique se base sur la kabbale hébraïque, qu’elle modifie dans les formes mais pas dans le fond. La notion de « syncretisme » est a mon sens une idée qui prouve bien la non compréhension des profanes de cette Unité fondamentale qui relie toutes les traditions initiatiques autehntiques et donc gnostiques. Ces traditions partageant dans le fond un seul et unique enseignement, étant basés sur une structure initiatique unique, inutile de rechercher du syncrétisme (ça fait bricolage/rafistolage) là ou il n’y a fondamentalement qu’unité. Lorsque cette Unité sous jacente est reconnue, se forment les courants dits « syncrétiques » par ceux qui regardent la chose de l’exterieur.

    C’est exactement comme séparer le monothéisme du polithéisme… erreur bien humaine. Dieu est UN est multiple à la fois, les Anciens le savaient bien, qui on nommé Aelohim (les Dieux ou les puissances divines au pluriel, à commencer par les deux puissances qui n’en sont qu’Une double en nature, « mâle/femelle »)…

    Et les hommes qui vivent dans la séparation (« mâle »; « femelle ») sont pleins de définitions séparatistes, mais ne vivent pas les choses directement, au moyen de la Révélation intérieure (Gnose) que seul le Principe véritable et double en nature peut leur procurer…

  7. Premdas dit :

    Bonjour Rom, très interessant. Heureux de « t’entendre » t’exprimer un peu plus; ça relève le débat, tu m’as fait per avec ton ketchup.

    Notes bien qu’on trouve des Christ dans des Mandorles entourés de 4 Créatures vivantes (ou aspects du VIVANT, soit les 4 lettres du NOM YHWH); j’ai de belles photos à ce propos.

    Pour ce qui de l’Adam, il est crée « mâle/femelle » au 6eme Jour de la Création, à l’image d’Aelohim qui est donc également « mâle/femelle ». L’Adam n’est alors pour ainsi dire qu’un « Embryon divin » (comme le Brahma hindou). Vers la fin du 2° ch. de la Genèse, la partie « femelle » de l’Adam est objectivée lors de l’Initiation, comme sa faculté réflective, imaginative et conceptrice. Elle ne s’appelle pas Eve (Hevah), mais Ayshah, ce qui signifie Essence spirituelle, vivifiée (h), car cette faculté réflechit l’Essence lumineuse (Ash) et l’Adam devient alors Aysh, C’est à dire, un homme conscient de son potentiel spirituel (y), et dont l’Essence (Ash) est activée, initiée. et rendue manifeste.
    Ensuite, ayant pris conscience de ce pouvoir formidable qui l’élève au dessus des animaux, et qui peut lui permettre d’atteindre la stature divine, il sera tenté par le serpent de l’ego, de se croire ilici presto accompli, grâce à des moyens « magiques » et rapides, à savoir la materialisation de la réalité spirituelle double en nature, « mâle/femelle », soit la divinisation de l’homme ou la réalisation de sa nature divine « ùale/femelle » par l’acte du mariage ou de la simple copulation physique (la femme n’étant alors vue que comme une simple aide pour que l’homme atteigne cette stature divine en unn clin d’oeil); ce sera le drame de la chute.

    « Mâle/femelle »… Il s’agit bien entendu de facultés spirituelles, dont l’équilibre et la relation « copulative » sur le plan intelligible est producteur de Lumière siprituelle; c’est l’orgasme spirituel, la joie de la découverte que procure entre autres choses le Tarot… J’en avait parlé lors d’un post en réponse à Jérome.
    Tu a bien compris, ces facultés sont indiscociables et parfaiement complémentaires; l’Adam chuté n’utilise quasiment que la faculté « mâle », à savoir la raison, la logique, sans trop faire preuve de l’autre faculté, à savoir l’imagination, la réflexion, et l’analogie. C’est pourquoi nous avons besoin de modalité initiatiques comme le Tarot ou la Torah, qui nous permettent de réflechir sur les images proposées, de les transposer dans le sens figuré en usant d’analogie, tout en laissant notre réflexion et notre imagination être guidée et équilibrée par la fonction « mâle », solaire, raisonnable et logique, car il en fait tout de même; en fait, l’analogie permet de trouver le sSens spirituel caché dans les images symboliques, et ce, de manière tout à fait logique; quand la seule logique privé de l' »aide » imaginatrice et réflective, ne peut fructifier qu’en des concepts immatures, incomplets, imparfaits, débiles, et qui généralement s’imposent de manière » mâle », dans le mauvais sens du terme.

    « En symbolisme gnostique, la nudité est symbole d’ascension, de retour à l’origine divine »

    Pas seulement; la nudité primordiale peut également être symbole de non fructification du Principe. Par contre, un retour à la nudité, après setre correstement habillé, symbolise effectivement un retour à l’origine, et pourquoi pas, la compréhension du Principe. C’est bien la notion de retour à l’Essence, de Shabbat (sabat) ou de repos divin, après le déploiement des 7 Jours de la Création, qui correspondent en quelque sorte à autant d' »envellopes » de cet Habit de Lumière qu’est le NOM divin, Ha Shem, également symbolisé par un Oignon (Shemoun, qui désigne d’ailleurs la valeur 8) à cause de ses couces successives…
    D’ailleurs, voilà une piste de premier Choix pour commencer à trouver la structure originelle du Tarot; il faut discerner quelles sont les arcanes qui traitent du thème de la nudité.

    Notes bien que personne n’est vraiment nu dans le Tarot, qui lui même symbolise l’Habit symbolique du Principe central (LE MONDE), qui tu l’as compris, représente cette Croix de Lumière à objectiver et épouser.
    D’autre part, la « Chair » elle -même est un premier habit; sans aucun habit/aucune habitation, et sans chair, l’Essence ne pourrait jamais être objectivée…

    Même la Déesse de LETOIILE n’est pas completement nue…

    Merci de cet article très profond.

    Et désolé pour nos maladresse respectives.

    A +

Répondre à Premdas Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *