Le code, pourquoi ? Une question de Premdas

Je me pose une question, qui vaut ce qu’elle vaut, sans chercher et sans esprit de contradiction: quelle est la portée initiatique d’un code qui ne servirait qu’à assimiler la valeur du nom des arcanes à leur valeurs numériques? Ce qui est en haut et comme ce qui est en bas et vice versa, mais à par le simple sport neuronal, quel est l’intérêt de rechercher un tel code si on part du principe qu’on aura rien d’autre à découvrir que cette simple adéquation ? Par contre, l’idée d’une signature et plus, d’une datation, dans la formule épigraphique que les lettres du code majeur permettent de faire apparaitre me plait beaucoup…

Premdas question-mark-dice

Merci de ta question, prolifique correspondant. Profites-en donc pour te présenter un peu plus. L’intérêt d’un  tel code… Et bien d’abord, le code du Conver (de Rom , de Suger…) est sans doute l’aspect du Tarot le plus original qui ait été mis en lumière  depuis que l’on s’interroge sur le sujet du jeu ! Ensuite, oui, il y a ce que tu appelles le sport neuronal. À ce sujet, j’aimerais citer … Tchalaï ! Histoire de ramener mon petit projet estival sur le devant de la scène. Je continue à rôtir à feu doux notre invitée. Donc Tchalaï, qui a pressenti l’existence du code, y va de ce commentaire dans la page 28 de son petit livre blanc :

¨L’effort fourni pour décrypter ce code vous rendra apte à recevoir correctement l’information contenue dans ce code. Apparait la théorie d’information subtile qui se fait jour depuis quelques années parmi les spécialistes de la Neurologique: certaines informations d’une nature particulière détiennent le pouvoir de modifier le récepteur pour être reçues…¨

Celui qui en a dit les plus belles choses cependant est Ross Gregory Caldwell sur TarotL alors que je sévissais sur ce forum (anglophone) Yahoo à la fin du millénaire précédent. I wish he could post it here. Ross? C’est également Ross, un compatriote, qui m’a fait réaliser à quel point l’existence de ce code remettait en question certains ¨acquis¨ historiques au sujet de la naissance de l’alphabet moderne. Pour Ross, le déchiffrement du code, n’importe quel code en fait, remplit l’âme d’enthousiasme. beach_voleyball_secret_signs_10Decode this !

Pour conclure sur l’intérêt du code, je dirais que je n’en saisis pas encore toute la portée. Je suis loin d’avoir développé une théorie à son sujet. Je me contente d’exposer des faits, tels qu’ils sont apparus à ma conscience. Ai-je été modifié par ma découverte ? Peut-être, sûrement… J’en ai discuté un peu il y a quelques années avec mon cher Gauth qui suivait mes progrès de loin. Mais je vais vous confier quelque chose. J’ai été sérieusement brassé avant de tomber sur le pot-aux-roses. Je vous en reparlerai si jamais je décide d’adopter le mode anecdotique. C’est de la petite histoire. Mais déjà ceci… J’ai trouvé la Grande Roue (1985) avant le code (1994-97) …








Print Friendly, PDF & Email

À propos de Rom

Je me nomme Marc Olivier Rainville. Je suis connu sous le nom de Rom depuis mes débuts dans la Tarotsphère en 1998. Je suis Bachelier en Animation et recherche culturelle, mineure en Histoire de l’art, de l’Université du Québec à Montréal (Promotion 1982). Je m’intéresse à l’histoire du Tarot depuis 1985. J’ai eu la chance de bénéficier d’un concours de circonstances favorables qui m’a permis d’approfondir mes recherches sur le sujet. J’en livre le fruit ici.
Bienvenue sur Tarotchoco !

Ce contenu a été publié dans Divers. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Découvertes de nouveaux blogues québécois!



20 réponses à Le code, pourquoi ? Une question de Premdas

  1. Premdas dit :

    Oui Rom, et bien plus que tu ne le penses. C’est bien là la piste que je t’ai proposé (ainsi qu’ à tous ceux qui sont interessés) pour résoudre l’énigme de L’EMPEREUR.

    Attention, celle de L’HERMITE ne peut être résolue avec la même valeur; mais cela s’explique parfaitement lorsqu’on comprends celle de la triple Puissance désignée par ce signe, qui dès lors possède une triple valeur.

    A +

  2. Premdas dit :

    Bonjour Charly

    Tu as dit

    « J’ai des repro de Conver authentiques haute définition »

    Ca m’intéresse vraiment. Est-ce que tu les possèdes en fichiers scannés ? Si oui, est-ce que tu serais OK pour mes les envoyer, que je les étudies de près ?

    Dis moi dis moi…

    A +

  3. Premdas dit :

    « il y a des comptes-rendus sur les forums des anciens élèves. »

    Oui, mais comment s’y rendre? Ces forums sont privés, il faut avoir suivi des cours avec Camoin pour pouvoir s’y inscrire.

    A +

  4. Premdas dit :

    « Tes lectures de l’hermite et de l’empereur est bien intéressante Premdas ! Cependant en les lisant dans l’optique de l’hermétisme mes conclusions sont bien différentes, je ne peux isoler cet Hermite d’un ensemble signifiant. »

    Merci Charly. Tu sais, pour moi la kabbale hérmétique et la kabbale hébraïque ne sont en profondeur qu’une seule chose. Je suis bien d’accord avec tes lectures aussi.

    « … tout cela pointe vers l’athanor-Maison-Dieu et la compréhension des énergies célestes : 6, 16, 17, 18, 19, 20. »

    Oui, effectivement, tout pointe vers cet Athanor autrement symbolisé par le NOM divin dans la tradition hébraïque; c’est comme je l’ai dit ce NOM qui permet l’objectivation et la compréhension des énergies celestes ou zodiacales, nommées Aelohim dans la Torah. Il n’y a pas de contradiction entre une lecture hérmétique et une lecture kabbalistique, pour la bonne raison que comme je te l’ai dit, Moïse était un grand Hérméneute/Hermétique, formé dans toute la Gnose des Egyptiens. C’est toujours la même structure initiatiqye qui est reprise dans les différentes formes de l’Hermétisme; sans doute pourrions nous ensembe établir clairement tous les liens qui rattachent kabbale hermétique et kabbale juive/égytienne, et le Tarot le fait de manière époustouflante.

    « Je ne peux isoler le septénaire Impératrice/Empereur imbriqué dans celui de Papesse/Pape, voila de la cabale hermétique et non de la kabbale hébraïque. »

    Là tu parle d’un quaternaire, sans doute le plus évident du Tarot. Il est bien mis en évidence dans la structure originelle. Bien vu.

    « Impératrice et Empereur se répondent exactement avec l’inclinaison du sceptre/symbole du sel qui correspond avec la position de l’aigle dans l’écu, nous avons là les fameuses sublimations ou “aigles” qui s’opèrent par montées et descentes purificatrices dans l’athanor, ouverture et fermeture de “l’angle “.

    Oui, tout a fait d’accord. La structure originelle met parfaitement cela en valeur.

    « L’Hermite est le saturne des sages, l’aimant doré des philosophes. « Il voile la lumière pour la révéler, et ce double mouvement s’accomplit par le désir vénusien (…) C’est pourquoi Vénus est l’aimée de Saturne » (Le Zodiaque, M. Senard). »

    Toujours OK avec toi.

    « Vieville fait de ce “vielart l’amoureux de ceste Dame” (Temperance). »

    Ce n’est pas tout à fait faux, TEMPERANCE représentant l’aspect passif ou caché (Yin) de LA JUSTICE. Sur Terre, L’HERMITE poursuit un Idéal « celeste ». C’est en fait de JUSTICE (Tzedekah) ou d’Harmonie dont notre HERMITE, le « Juste » (Tzadik) de la Torah, est en quête.

    « Je ne vois donc pas de LAMPE ERREUR car la langue des oiseaus dont tu te réclames est une invention de délirant génial : Grasset d’Orcet, reprise par Fulcanelli et consorts, mais a peu à voir avec la Dive Bouteille et le Lanternois de Rabelais et Verville. »

    « Je ne vois donc pas de LAMPE ERREUR  » OK. Moi je la vois. Regardes bien alors, avec la Lanterne de L’HERMITE, en avançant prudemment.

    Je ne sais rien du langage des oiseaux selon untel ou untel. Je sais que le Tarot ouvre son Livre imagé sous l’augure de l’Oiseau langagier de LETOIILE, c’est tout. Par suite, le Tarot est plein de jeux de mots initiatiques, et pas seulement dans les cartouches, mais bien dans les dessins: d’ailleurs, tu en a toi-même bien relevé un avec Aigle/Angle…

    Je sais que de tout temps, les initiés ont utilisé les « jeux de mots » pour faire passer des messages; le sanskrit (dont le sens crie, lol) en est bourré, et il est reconnu partout en Inde que les inversions, les analogies, etc. sont signifiantes; l’hébreu également fonctionne abondamment ainsi, j’aurais des milliers d’exemple à te citer. Je pense que des Maîtres -visibles ou invisibles- qui sont à l’origine des langues et suivent de pret leurs évolutions, car il y a beaucoup trop de « miracles » langagiers pour que cela soit du au simple hazard. »

    « Quant aux inventions camoinesques, tu vas tomber de haut ! il y a des comptes-rendus sur les forums des anciens élèves. Cherche et tu trouveras ! »

    Sans doute, quoique je pense que ces « inventions » dont tu parle ne concernent pas le jeu lui-même, quoi qu’en ai dit Camoin lui-même. En ce qui concerne la « restauration » (qu’on y croit ou pas) du jeu, je pense que Camoin dit qu’il à rajouté des choses « dont seuls les initiés ont le secret », mais qu’en fait il n’a rien inventé, et n’a fait tout simplement que rajouter ce qu’il à vu sur d’autres anciens jeux, dont d’ailleurs il tait le nom pour cause de « secret initiatique » selon lui, ce qui pour ma part ne me semble avoir aucun sens; je pense pour en fait que l’acces à ces jeux nous permettrait d’abord de comparer et pourquoi pas, de faire nous même une restauration valable; et par la même occasion, de nous apercevoir que la notion de copyright devient dès lors très floue et bien peu justifiée… si tu vois ce que je veux dire.

    Merci encore, à +

  5. Charly Alverda dit :

    Tes lectures de l’hermite et de l’empereur est bien intéressante Premdas ! Cependant en les lisant dans l’optique de l’hermétisme mes conclusions sont bien différentes, je ne peux isoler cet Hermite d’un ensemble signifiant. Des éléments faciles à relier donnent une direction : l’ouroboros dans le Chariot, la marque sur le trône du Roi d’Epée et le symbole de l’or et du soleil dans le Cavalier d’Epée sont éclairants de même que les 3 points de feu du diablotin du Diable tout cela pointe vers l’athanor-Maison-Dieu et la compréhension des énergies célestes : 6, 16, 17, 18, 19, 20.

    Je ne peux isoler le septénaire Impératrice/Empereur imbriqué dans celui de Papesse/Pape, voila de la cabale hermétique et non de la kabbale hébraïque. Impératrice et Empereur se répondent exactement avec l’inclinaison du sceptre/symbole du sel qui correspond avec la position de l’aigle dans l’écu, nous avons là les fameuses sublimations ou “aigles” qui s’opèrent par montées et descentes purificatrices dans l’athanor, ouverture et fermeture de “l’angle “. L’Hermite est le saturne des sages, l’aimant doré des philosophes. « Il voile la lumière pour la révéler, et ce double mouvement s’accomplit par le désir vénusien (…) C’est pourquoi Vénus est l’aimée de Saturne » (Le Zodiaque, M. Senard). Vieville fait de ce “vielart l’amoureux de ceste Dame” (Temperance). Je ne vois donc pas de LAMPE ERREUR car la langue des oiseaus dont tu te réclames est une invention de délirant génial : Grasset d’Orcet, reprise par Fulcanelli et consorts, mais a peu à voir avec la Dive Bouteille et le Lanternois de Rabelais et Verville.

    Quant aux inventions camoinesques, tu vas tomber de haut ! il y a des comptes-rendus sur les forums des anciens élèves. Cherche et tu trouveras !

    Cordialement,

    Charly

  6. Premdas dit :

    Coucou Charly

    « Pour le code, je ne prendrais qu’un exemple, il y a un poisson dissimulé dans le bassin de la Lune, selon le Maître, c’est le Christ qui vient chercher Marie-Madeleine, de ce niveau on en trouve sur quelques forums ! »

    Oui je suis bien d’accord. Comme je te l’ai déjà dit, car tu m’as déjà cité cet exemple, il y a une différence entre le symbole et son interprétation. Il se peut bien que ce symbole ait bienété là sur un jeu original (je suis persuadé que ce n’est pas Camoin qui l’a inventé, pour les raisons que je t’avais dites et que je te redonnerais si tu le désires); après, comment Camoin l’interpretes, c’est son affaire.

    « D’apostrophe, je n’en vois que pour l’hermite ?  »

    Oui, et L’A ROVE DE FORTVNE, L’EMPEREUR. LIMPERATRICE ne montre qu’un point hésitant dans le Conver, il n’y en a pas dans les autres jeux valables (du point de vue de la théorie de leur comparaison avec un jeu originel). Il se peut effectivement que les apostrophes aient été rajoutées sur le tard, peut être n’étaient-ce que des pints au départ, et en tout cas, le signe d’un code, bien évident dans L’A ROVE DE FORTVNE qui autrement ne verrait aucune nécéssité de se voir rajouter l’apostrophe.

    « J’ai des repro de Conver authentiques haute défintion, et il y a des points, des traits un peu partout et c’est vraiment du aux chocs et à l’usure des moules »

    Oui, sans doute, particulièrement en ce qui concerne certains petits points. Ceci dit je reste persuadé que certaines lettres sont volontairement malformées et sous cette forme parfaitement signifiantes.

    « Je ne peux affirmer que l’Empereur ait aussi une apostrophe, mais je suis tenté car celà lie ces deux cartes (avec l’Hermite) de 2 façons à l’Hermès grec. »

    Effectivement, ces deux arcanes sont étroitement liés dans leur symbolisme. D’ailleurs, LEMPEREUR donne LAMPE ERREUR dans le langage des oiseaux; moins un R, qui rattache l’ERREUR à l’ERRANCE…
    La Croix de Lumière que porte notre EMPEREUR n’est donc pas une LAMPE qui peut fourvoyer dans l’illusion (lumière des apparences trompeuses) ou dans L’ERREUR, mais bien une LAMPE qui éclaire L’ERREUR potentielle et permet de l’objectiver à temps, en même temps que la Vérité qui automatiquement est également mise en lumière; alors que la Lanterne de L’HERMITE n’éclairant encore qu’assez faiblement, ce dernier doit rester prudent et avancer lentement (lanterne).

    La Croix lumineuse de L’EMPEREUR fait bien référence à une fructification de la Lanterne ou Lumière potentielle -bien qu’active- de L’HERMITE (qui dans sa polarité passive est associé au Yod, signe de la manifestation potentielle et active). Or, l’apostrophe en question fait effectivement référence au graphisme du Yod, Semence du NOM YHWH (Luminaire transcendantal), qui en principe à fructifié dans la Croix de L’EMPEREUR.
    Le Blason (Renommée divine) se réfère bien au NOM YHWH objectivé, ainsi que l’Aigle, en étroit rapport avec le symbolisme de la Croix, mais également, représentation imagée du Aleph (image d’Aelohim et signe aérien), soit l’Archétype intelligible, l’Idéal abstrait (d’Unité, d’Amour et de Compassion), le Principe divin ici objectivé sur le plan sensible de la compréhension. Ceci ne peut se faire qu’au travers du dévellopement du NOM YHWH, et donc de la fructification du Principe individuel permettant la manifestation objective de l’Essence transcendantale et des Puissances spirituelles (zodiacales) autrement nommées Aelohim.

    Merci encore une fois de permettre un échange interessant sur ce blogue!

    A plus tard!

  7. Charly Alverda dit :

    Re

    C’est bien possible pour ton Jacobus, tous les humanistes étaient branchés grec au XV, XVIè et Tory s’est inspiré des letres grecques aussi J’ai pris sa référence parce qu’il était l’imprimeur du Roy et qu’il a redessiné les lettres et fixé la prononciation.
    J’ai des repro de Conver authentiques haute défintion, et il y a des points, des traits un peu partout et c’est vraiment du aux chocs et à l’usure des moukes 8 Je ne peux affirmer que l’Empereur ait aussi une apostrophe, mais je suis tenté car celà lie ces deux cartes (avec l’Hermite) de 2 façons à l’Hermès grec.

    Charly

  8. Charly Alverda dit :

    Salut

    D’apostrophe, je n’en vois que pour l’hermite ? Et j’ai dit qu’au XVIIIè le frnaçais été fixé, voila pourquoi je datais les moules de V. T. près de cent ans plus tôt (que 1760).

    Charly

  9. Charly Alverda dit :

    Salut

    J’employais sémantique dans le sens informatique du terme. Pour le code, je ne prendrais qu’un exemple, il y a un poisson dissimulé dans le bassin de la Lune, selon le Maître, c’est le Christ qui vient chercher Marie-Madeleine, de ce niveau on en trouve sur quelques forums !

    L’apostrophe a été introduite le 7 juin 1533 par Geofroy Tory dans l’Adolescence clémentine de Clément Marot avec l’emploi d’un l collé et d’un e cédillé, et l’accent aigu par Robert Estienne dès 1526, mais il faut compter un long temps avant que l’usage s’en répande.

    Cordialement

    Charly

  10. Premdas dit :

    Suite

    « …tu as parfaitement raison dans tout ce que tu viens de dire. »

    Sauf pour le français du XVII°. Celui du Tarot se retrouve très bien au XIII°, j’ai tout vérifié; à l’histoire des apostrophes prêt. Mais selon toi, elles n’existaient pas même à l’époque de Conver… quand son jeu en est plein. Alors encore une fois, je me méfie des sources « officielles »…

    Ce pourrait faire l’ouverture d’un large débat: « Quand donc l’apostrophe à-telle été inventée? »

    Bonne soirée

  11. Premdas dit :

    Coucou Charly!

    Je vois que tu te renseignes… n’oublies pas les infos promises sur le jeu du XIX° mexicain…!

    « Cela fait quoi Premdas que quelqu’un te dise que ce que tu cherches il l’enseigne depuis 10 ans. »

    Ben ça me fait gentiment sourire, surtout que je ne cherche pas, j’ai trouvé, et ce support magique permet de continuer de chercher, mais intelligement, et également… de trouver toujours et toujours plus de Sens à tout cela.

     » Mais Rom ne crée pas de Tarot et n’y fourre pas du Da Vinci… code »

    Oui, mais n’oublies pas que le jeu de Jodo/Camoin n’a rien à voir avec les « codes Camoin », qui sont des choses très diférentes. S’il y du Da Vinci code, comme tu dit, c’est dans les codes, ou dans les interprétaions du jeu, mais pas dans le jeu lui-même qui à mon sens reste certainement un des Tarots les plus authentiques qui soient. C’est mon avis en cela n’engage que moi.

    « Celà dit, beaux enfants, le Tarot c’est plus que des nombres et du français du XVIIè siècle, non ? C’est quand même avant tout des images, elles ne sont pas là pour habiller les cartouches quand même, à votre avis sont elles sémantiquement accordées avec les noms et les nombres ? »

    Tout à fait, tu as parfaitement raison dans tout ce que tu viens de dire. Les noms et les nombres ne suffisent pas; et les images s’accordent parfaitement avec ces noms et nombres, d’une manière toute « sémantique » ou plus exactement, « sémiotique ». Les liens sémiotiques s’établissent donc selon le principe analogique sur les trois plans des arcanes, mais également, dans leur relations sur les axes de la structure originelle.

    Merci bien de relever le débat!

    A +

  12. Charly Alverda dit :

    Bonjour

    Tête dure ? Certes !

    Cela fait quoi Premdas que quelqu’un te dise que ce que tu cherches il l’enseigne depuis 10 ans ! Impressionnant non ? Même pas un petit mot pour Rom qui le devance sur la notion de code. Mais Rom ne crée pas de Tarot et n’y fourre pas du Da Vinci… code !

    Celà dit, beaux enfants, le Tarot c’est plus que des nombres et du français du XVIIè siècle, non ? C’est quand même avant tout des images, elles ne sont pas là pour habiller les cartouches quand même, à votre avis sont elles sémantiquement accordées avec les noms et les nombres ?

    Cordialement,

    Charly

  13. Premdas dit :

    « Ah ! J’oubliais, j’ai eu des infos d’un chercheur sur les moules, ils étaient utilisés jusqu’à 100 000 fois. Vous imaginez l’état des lettres ! »

    Bonjour Charly, effectivement, ça fait réfléchir!

    Ceci dit, pas autant qu’une certaine lettre énigmatique dans un certain arcane du Tarot dont je tairais le nom. A ce sujet, si cela t’interesse, vois mon dernier post récémment déplacé par Rom, dans « Deux devinettes de Tchalaï ». Cela peut permettre de comprendre pourquoi cette lettre malformée ou encore potentielle est essentielle.

    A +

  14. Charly Alverda dit :

    Ah ! J’oubliais, j’ai eu des infos d’un chercheur sur les moules, ils étaient utilisés jusqu’à 100 000 fois. Vous imaginez l’état des lettres !

  15. premdas dit :

    Bien entendu, je continue d’étudier ton code en gardant un IUGEMENT ouvert… et la théorie concernant Suger est tout à fait plausible, étant le lien étroit qu’il avait avec les Templiers. J’avais moi même pressenti que le Tarot pouvait avoir été créé (dans sa première forme médiévale) au XII° siècle.
    Je garde sous la main la théorie des 13 lettres dont la somme des valeurs peut être réduite à 13, c’est intéressant. Cependant, je ne serais pleinement convaincu que lorsque j’aurais trouvé l’évidence d’un tel code dans le Tarot lui-même ; car si Suger ou d’autres ont effectivement codé le Tarot de la sorte, on doit également y trouver les pistes précises menant à la découverte et la compréhension de ce code.

  16. Rom dit :

    Pareillement ! En tous cas, ça nous a fait une sacrée journée. Merci aussi à Charlie pour cette visite dominicale. Ne désespère pas de l’humanité, Charlie ! Je te tire le portrait bientôt:)

  17. Premdas dit :

    Oh je me relis, ça fait vraiment grandiloquent! Désolé, je suis juste un petit bout d’homme, qui a trouvé des choses et continue de chercher. Et qui apprécie ton travail… Ainsi que le ton de tes articles. Juste, ferme pas le champ des possibilités…

  18. Premdas dit :

    Coucou Rom heureux de ta réponse, bien que tu ne réponds à ma question, qui n’est pas de savoir l’interet des codes en général, je le connait pour en raffoler, mais bien de savoir quel est celui d’un code qui ne viserait qu’à faire l’adéquation entre les valeurs numériques des arcanes et l’arythmologie de leur noms. Bien entendu que c’est la première piste à suivre; mais le seul but ne peut etre celui là. En fait, bien des contradictions apparentes se révèlent révélatrices, d’une structure sous jacente ou d’une réponse directe au symbolisme, si ont sait les interpreter correctement. Or, c’est bien cette question de l’interprétation qui me semble importante, car sinon, on fait quoi de tout cela? Il s’agit de faire des liens non seulement avec le symbolisme de l’arcane, mais avec les autres arcanes, car tout est relié voir tissé dans le Tarot. C’est ces liens qui peuvent nous permettre de comprendre la trame sous jacente et d’ouvrir notre esprit à la réalité multidimentionnelle du Tarot, et du Réel. C’est également aisni que la structure initiatique du Tarot peut se réveler.

    Je voudrais dire ici beaucoup de choses, mais je dois me contenir (voir ma réponse à ton article sur le secret). Je donnerais seulement deux pistes.

    Une piste qui tends à prouver que ton code n’est pas nécéssaire pour tirer du sens: la valeur 108, éminement importante, symbole de totalité, peut se trouver en additonnant toutes les valeurs trouvées avec les quatres opérateurs possibles, avec l’arithmologie du MONDE et du MAT (qui sont complementaires). De plus cette arithmologie de base fait apparaitre la valeur 17 un nombre de fois suffisamment étonnant pour ne pas considerer ce fait. Je te laisse réaliser ce travail qui pour toi semblera celui d’un enfant de coeur.
    Attention, je n’ai pas dit que le redoublement de la valeur de l’article n’avait pas d’interet, il est même conseillé; et comme tu l’a compris, l’opération suivante dépends de la nature de l’arcane, en rapport toutefois avec son association élémentaire (à méditer). Mais pour le petit travail que je viens de te proposer, inutile d’utiliser ces combines qui se révèlent utiles sur un autre niveau de lecture, sans avoir à n’utiliser que les 13 lettres de ton code majeur.

    Une autre piste: on peut retrouver de plusieurs manières la valeur 26 dans l’arithmologie du nom de LETOIILE. 26, c’est la somme des valeurs des lettres Yod Heh Waw Heh, soit du NOM dit « inéfable », aussi inéffable que celui de LETOIILE… et là on entre de plein pied dans la thématique principale du Tarot.
    Autrement, avec I=1, LETOIILE donne la valeur 17 sans trop d’effort, à condition de réduire à l’unité la valeur des racines (LE=17 sera compté pour 8, etc).
    Tiens, un truc qui devrait te plaire, il y a un moyen pour que TOULE ou TOIILE donne 78. C’est simple comme bonjour, mais ça apparait comme un casse tête chinois.

    Pour ce qui est de ta proposition de me présenter un peu plus, merci de ton interet. Je pratique le yoga et la méditation. Comme tu a pu le comprendre, je suis initié dans l’hindouisme, les traditions gnostiques chrétienne et hébraïque, mais également d’autres traditions, comme l’amérindienne, et le taoïsme. Mon nom m’a été donné par un maître lors de la Khumba Mela de 2001. J’étudie le Tarot depuis plus de dix ans, sans forcer; disons que l’arcane XVII à commencé à venir me titiller lors de mes méditations intenses alors que je n’avai rien demandé. Depuis, je suis persuadé qu’il existe une structure commune à toutes les traditions initiatiques authentiques, ce que mes recherches ne cessent de prouver. Je ne puis pas en dire plus pour l’instant à ce sujet, mais lorsque ce sera le moment, tu seras un des premiers avertis. A ce propos, sans vouloir ni te blesser ni t’offenser, ta Grande Roue a de l’idée, mais ce n’est qu’un balbutiement… prometteur, si tu continues de chercher. Tu connais la devise des alchimistes: Lis, lis lis et relis… et tu trouveras.
    Pour ma part j’ai très tot laissé de coté tous les livres sur le sujet, en fait je n’en ai vraiment lu aucun, le seul qui m’interresse c’est celui de LA PAPESSE, soit le Tarot lui-même… et la Torah (dans le texte original), dont le Tarot est la représentation en images.

Répondre à Charly Alverda Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *