La méthode de Tarot de Tchalaï

Tchalaï Unger est l’auteure ayant écrit sur le Tarot la plus lue. Son petit livret (le Little White Book (LWB)) accompagnait le Tarot de Marseille publié par Grimaud. Ce Tarot de Marseille qui n’en est pas un s’est vendu, et se vend encore, à des centaines de milliers d’exemplaires.

C’est Tchalaï qui a popularisé l’expression,  »la vision – laser ». L’auteure entendait signifier ainsi la qualité d’attention qui est attendue de ceux qui souhaitent approfondir l’étude du Tarot. Elle même possédait ce regard. On constate à la lecture de son singulier livret que Tchalaï a passé beaucoup de temps à examiner le jeu imparfait qui était son objet d’études. Je devais avoir 25 ans lorsque sa méthode m’est tombée sous la main. Cette lecture n’a pas été pour moi une révélation. Je ne voyais tout simplement pas les mêmes choses qu’elle dans le Tarot de Marseille publié par Grimaud. On sait maintenant que ce jeu a été littéralement charcuté.

J’ai mis de côté ces 95 pages enthousiastes. Toutefois, avec le recul du temps, je ne peux m’empêcher maintenant de trouver là une influence importante, le début du parcours qui m’a amené à poser les bases du travail qui vous est familier si vous me suivez depuis un certain temps.

Le code secret du Tarot, par exemple, Tchalaï  en a eu l’intuition.  »Le code utilisé pour coder la connaissance dans le Tarot est d’une grande simplicité: son évidence même sert à le protéger. (…) Il suffit de regarder le Tarot pour découvrir le code. » (Page 19) Sans jamais cependant en soupçonner la nature réelle ou en avoir découvert les clefs  (impossible avec un Grimaud). C’est aussi Tchalaï qui proposera le jeu des mariages, l’accord entre les personnages. C’est elle qui insiste pour la première fois sur l’importance des regards, qualité, direction, etc. Elle se permet aussi de mettre en doute, avec raison, les prétentions de certains de ses prédécesseurs, Papus notamment. Bien qu’elle n’écarte pas totalement la tentative d’expliquer la structure du Tarot par une lecture fondée sur le Ternaire par exemple, elle même y va d’une approche basée sur le Quaternaire. Elle erre malheureusement dans la démonstration. Mais qu’importe, j’en suis, vive le Quaternaire !

J’aurai l’occasion de revenir sur ce curieux Évangile du Tarot selon Tchalaï. En fait, je me propose de consacrer notre été à un  »bien cuit » en règle. Il y a chez cette auteure  une tonne de suggestions, de suppositions, de découvertes réelles, de spéculations et d’affirmations héroïques assumées  ( »Le Tarot vient du Futur… »), certaines prêtant le flanc au déboulonnement, pour que je conclue ici en disant: Quel dommage que Tchalaï n’ait pas eu un vrai jeu de Tarot de Marseille entre les mains. 








Print Friendly, PDF & Email

À propos de Rom

Je me nomme Marc Olivier Rainville. Je suis connu sous le nom de Rom depuis mes débuts dans la Tarotsphère en 1998. Je suis Bachelier en Animation et recherche culturelle, mineure en Histoire de l’art, de l’Université du Québec à Montréal (Promotion 1982). Je m’intéresse à l’histoire du Tarot depuis 1985. J’ai eu la chance de bénéficier d’un concours de circonstances favorables qui m’a permis d’approfondir mes recherches sur le sujet. J’en livre le fruit ici.
Bienvenue sur Tarotchoco !

Ce contenu a été publié dans Tchalaï. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Découvertes de nouveaux blogues québécois!



4 réponses à La méthode de Tarot de Tchalaï

  1. Rom dit :

    Et toi, un steak sur le grill. Des pommes frites avec ça ? Je me tâte à propos de ce voyage. Le dollar canadien vis-à-vis l’euro… La température… L’itinéraire… Des considérations triviales, quoi.

  2. jerome dit :

    Bien sûr ! je fais de mon mieux, tu sais : On n’a pas non plus 10 ans devant nous pour lire/écrire des mails… il faut bien résumer.
    J’essaie en tout cas d’être honnête avec ce que je ressens. D’ailleurs un bon lecteur, à priori, connait bien le sens du mot « subjectif »…

    Bon, j’ai commencé à rassembler les scans et à les imprimer en .pdf : plus facile pour les lecteurs.
    Je vais au moins rajouter sur chaque scan la mention « copyright France-cartes ». à suivre.

    Car en effet, il faut rendre à César… comme dit le Joker de Carreau dans « Chercheur d’Or » :
    Notre Seigneur l’a dit : rendez donc à César
    Ce qui lui appartient ; personne ne vous condamne,
    Mais respectez au moins notre armée et ses arts.

    …en ce qui me concerne, je n’ai pas besoin de répéter haut et fort ce qui est déjà sur mon blog : que je te dois énormément. J’ai beaucoup appris avec toi, ce n’est sûrement pas fini d’ailleurs. (mais ça m’étonnerait que tu m’apprennes tous tes tours , maudit sorcieux québécoué ;-) )
    Et ça ne m’empêche pas d’apprendre de tout et partout, et tout le monde y gagne.
    Vive la liberté. Amen.
    Et enfin : je te rappelle que tu m’as promis un pot devant la Basilique… ^^

  3. Rom dit :

    Mazette, peuchère et toutes ces sortes de choses, cousin … Bon, en ce qui concerne notre affaire commune, à ce que je constate, scanne mon vieux, scanne allègrement, il en restera toujours quelque chose. Évidemment, si tu comptes mettre ça sur ton blogue, ça va faciliter la chose, mon petit projet de cuisson estivale.
    Juste s’assurer effectivement de bien rendre à César ce qui appartient à César. Il n’y a rien de plus déconcertant pour un auteur que de ne pas se faire attribuer diligemment ses propos. Même si on n’a dit que des âneries.
    D’accord avec moi, mon compère ?

  4. jerome dit :

    ben c’est marrant, parce que j’ai juste commencé à scanner cette notice !  » Foutu sorcieux Québécoué ! «  Et puis je me suis dit: mais ça intéressera qui? Et les droits d’auteur, en plus? (Remarque… en mettant Copyright Grimaud… qu’en penses-tu? )

    En tout cas, ça explique bien des choses si le Tarot vient du futur.

    Et pour être indiscret : t’étais où, tout ce temps, beau québécoué ?

Répondre à Rom Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *