77 – Les clés du Tarot -78 (Suite et fin)

78, c’est également 3 x 26, un thème mathématico-symbolique que je qualifie de mineur. On peut constater en examinant le programme architectural de Suger qu’il est fortement imprégné du nombre 3, la Trinité. La nef de son église a trois travées, par exemple, une primeur pour l’époque. De son côté,  26 est le nombre du nom secret en quatre lettres (IOD-HÉ-VAU-HÉ) de Dieu, en cabalistique hébraïque, c’est le même Papus qui nous l’apprend.[i]  À nouveau, il ne s’agit pas ici de chercher à placer 26 lames sur 3 rangées. Rappelons-nous que les moines se servaient des nombres pour méditer. Les mauvaises langues disaient que c’est pour cela qu’ils dépensaient pour leur propre entretien… sans compter ! Quoiqu’il en soit, le Tarot vu sous l’angle de cette formule numérique, associe la Trinité et Dieu.

 C’est plaisant sans être déterminant comme 7 x 11 +1.

 77 est une métaphore, celle de l’image de cette chaîne qui nous vient à l’esprit après avoir lu saint Luc. 77 c’est le nombre des maillons « «incarnés » de la chaîne des générations qui mène de Dieu à Son fils. Cette chaîne est un lien qui nous unit à l’autre monde. C’est, avec le Salut de son âme éternelle, la grande préoccupation de l’homme du Moyen-Âge : entendre à travetrs les signes ce que Dieu lui demande aujourd’hui, maintenant.

Le Tarot ainsi compris par son créateur était cet ensemble de maillons qui le reliait à… son Créateur. Je trouve extremement plaisant qu’au milieu de cette circonférence de géniteurs consciencieux, Suger ait placé un axe féminin.

Isis, Ève-Marie, Aurore…

 

La création de Suger, qui était prêtre, devait à ses yeux avoir valeur de sacrement. Je crois (spéculation !) qu’il devait l’utiliser comme oracle au moment de célébrer ses messes, probablement pendant cette partie de l’office qui se nomme la secrète, juste après l’Élévation, et ou l’officiant a toute liberté pour consacrer des objets du quotidien ou adresser quelque supplique personnelle. C’est ce raisonnement qui m’amène à dire que le Tarot de Suger servait à la divination, que c’était un oracle.

 Dois-je rappeler que le mot même de Tarot est une forme anagrammatique codée de oracle ?

 Bien que la piste pythagoricienne ait pu paraître séduisante à certains – Papus fait encore des émules, dans l’Hexagone notamment – j’ai voulu expliquer ici que si le jeu a 78 cartes, c’est d’abord parce que son créateur avait des intuitions et des façons de faire inspirées de sa lecture personnelle des Écritures. La transmission de ces ses idées était tributaire de la symbolique des nombres propres à l’interprétation qui en était donnée par les membres de son milieu. Les théorèmes de la secte pythagoricienne n’ont rien à y voir. Suger a pu découvrir, comme n’importe quel cancre du quadrivium, que la somme des 12 premiers nombres donnait 78 et en tirer quelque satisfaction spirituelle. De là à prétendre que cette somme banale est la clef du Tarot…

Je suis bien sûr prêt à en débattre si quelque obscur défenseur des idées de Papus sur la structure du jeu décidait de se manifester. Il n’y a rien que j’aime plus que de me faire prendre les culottes baissées. Ce doit être dû à une manifestation inconsciente de compensation à mon côté voyeur.

 Bref, mon credo reste le même. La Grande Roue du Tarot n’est pas basée sur le nombre 12. La séquence des 12 premiers nombres, additionnés, n’a aucune signification théologique. Le nombre 78 lui-même n’a d’intérêt que parce qu’il est la « «transcendance » de 77, 7 x 11 et, accessoirement, la résultante de 3 x 26.

 Ceci étant dit, 12 en lui-même est un nombre important en ésotérisme (et en exotérisme) chrétien et nous avons déjà vu que c’est en XII, Le pendu, que Suger voile/dévoile quelques-unes des plus belles clés du Tarot, l’une d’entre elle étant justement… une clé.

 Magnifique Tarot… Il nous ouvre les portes de la compréhension d’une période unique de l’histoire de France. Certains nomment celle-ci le Beau Moyen-Âge, d’autres la première Renaissance. C’est la seule époque qui pouvait donner naissance au noble jeu.

 Et à l’art gothique bien sûr.

 


[i] Papus, Le tarot des Bohémiens, p. 27. Au temps de Suger, les échanges avec les juifs sur des points d’exégèse étaient fréquents. On peut raisonnablement supposer que Suger, et son maître à penser Hughes de Saint-Victor, étaient au fait de certaines notions de cabale.

pyramide_aladin

© Marc O. Rainville, 2009. Tous droits réservés








Print Friendly, PDF & Email

À propos de Rom

Je me nomme Marc Olivier Rainville. Je suis connu sous le nom de Rom depuis mes débuts dans la Tarotsphère en 1998. Je suis Bachelier en Animation et recherche culturelle, mineure en Histoire de l’art, de l’Université du Québec à Montréal (Promotion 1982). Je m’intéresse à l’histoire du Tarot depuis 1985. J’ai eu la chance de bénéficier d’un concours de circonstances favorables qui m’a permis d’approfondir mes recherches sur le sujet. J’en livre le fruit ici.
Bienvenue sur Tarotchoco !

Ce contenu a été publié dans Le code secret du Tarot - Le site de Rom. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Découvertes de nouveaux blogues québécois!



Une réponse à 77 – Les clés du Tarot -78 (Suite et fin)

  1. Jérôme Coulomb dit :

    ….franchement Rom… la photo de ton amie Aurore…

    …Autant je suis à 2 doigts de la trouver impudique, autant je dois dire qu’elle a de très jolis……. pieds ! ^^

    Tu permets que je te soumette 2 ou 3 coïncidences rigolotes ?

    Mon arrière-grand mère était veuve à Toulon : son officier de marine de mari était mort en service. (la « Veuve Toulon » fut, semble-t-il, un éditeur de Tarots de Marseille de I750 à I755…. hmm hmmm !….. )

    Mon grand-père son fils, Gabriel Baugé, travaillait au Sénat (comme correspondant du journal Le Monde… tiens tiens !! ), et il y devint ami avec Angelo Giuseppe Roncalli, Nonce du Pape à Paris (Ambassadeur, quoi) après la guerre, et qui devint plus tard … LE PAPE Jean XXIII !!

    Enfin, figure-toi que je me suis aperçu qu’une de mes élèves à été plusieurs années pensionnaire à la Légion d’Honneur, à Saint-Denis…. Elle a donc été la voisine (même pas 20 mètres à vol d’oiseau) de ton fameux Scriptorium !

    ………. Si tout ça ne fait pas de moi un tarologue-né, alors c’est à désespérer !!! Je n’ai plus qu’à bien potasser mon Papus, et je suis près pour le diplôme !

    et Conclusion annexe : ……….. Le Monde est petit ! ^^

Répondre à Jérôme Coulomb Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *