L’étoiile / Le toule

Encore un exemple de synchronicité… Ca fait plusieurs jours que je fatigue avec ma solution en mode code pour l’Arcane XVII. Et voilà qu’un lecteur m’a écrit en privé, comme vous commencez à être de plus en plus nombreux à le faire, pour me faire part de ses observations à ce sujet, XVII justement. Je dois dire que j’ai été épaté par sa compréhension du code.

À ce stade-ci de mon cheminement, le temps mis sur ce blogue est inséparable de celui consacré à la recherche. C’est en écrivant que me viennent les idées et les votres viennent alimenter le processus. Je jette de temps en temps un coup d’oeil furtif sur mes résultats Google. Les idées développées sur Tarotchoco font leur chemin dans la Tarosphère et j’en suis fort heureux.

Mon correspondant, Jérome Coulomb, nous présente sa découverte dans la section commentaires. En espérant que son exemple soit suivi par d’autres.








Print Friendly, PDF & Email

À propos de Rom

Je me nomme Marc Olivier Rainville. Je suis connu sous le nom de Rom depuis mes débuts dans la Tarotsphère en 1998. Je suis Bachelier en Animation et recherche culturelle, mineure en Histoire de l’art, de l’Université du Québec à Montréal (Promotion 1982). Je m’intéresse à l’histoire du Tarot depuis 1985. J’ai eu la chance de bénéficier d’un concours de circonstances favorables qui m’a permis d’approfondir mes recherches sur le sujet. J’en livre le fruit ici.
Bienvenue sur Tarotchoco !

Ce contenu a été publié dans Le code secret du Tarot - Le site de Rom. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Découvertes de nouveaux blogues québécois!



2 réponses à L’étoiile / Le toule

  1. Rom dit :

    Bravo pour ce décodage mathématique! Je suis un peu moins certain cependant pour ton illustration… illustrée. J’ai vraiment de la difficulté à voir un 17 dans l’eau du Toule. (Peut-être est-ce simplement un cas de rigor romis.) Mais les I, ou i majuscule, se changent effectivement en I (1) en chiffre romain, tu as tout à fait raison et ta démonstration n’en pâtit point. Je crois bien que je vais devoir mettre ma solution pour XVII aux rébuts.
    La beauté de la chose, c’est que ta découverte s’applique aussi pour d’autres Arcanes dont le nom contient la lettre I. Le graveur semble également avoir épaissi le trait en VII, VIII, XV, XVI, et XIX. En XV et XIX, c’est réglé !
    Je fais des heures supp ce week-end. Et vous ? Jérome a ouvert une piste prometteuse…

  2. Jérôme dit :

    Je pars, bien sûr, du code de Rom, et de quelques uns des nombreux éléments qu’il a mis en évidence, notamment:

    – le nom écrit est: LETOIILE, que l’on peut lire, soit LE TOULE, soit L’ETOiiLE

    – le « toule » signifie « Puits », « source » en vieux français

    On constate aussi que le petit losange du code suit les deux ii.
    Rom indique aussi que la Papesse (arcane II) contient 2 références à l’arcane 17 :
    1/ les 17 lignes du livre de la Papesse dans Héron
    2/ le II romain (numéro de la carte) est un 17 discret, légérement déformé (visible aussi dans Héron).

    Cela suggère une correpondance dans l’arcane 17. Et en effet:

    Si on considère les 2 i de L’ETOiiLE comme des I romains, (donc II (2), ce qui fait écho au II de la Papesse, qui est lui-même un 17 discret), on a :

    L’ETOiiLE

    12 + 5 + 20 + 15 + I + I + 12 + 5 = 71

    71, c’est 17 inversé, et inversé par un verseau… au pied duquel se trouve un 71 bleu, et inversé, dans l’eau.

    Regardez bien: L’eau de la cruche versée par le pied droit du personnage forme le 1. L’eau de la cruche versée par la main gauche forme un 7, car une barre bleue horizontale est en bas, dans le toule.

    Autrement dit, on voit dans l’eau: I L (la jambe du verseau se trouve entre le I et le L bleu)

    Retournez la carte tête en bas, I L devient 7 I …
    I L est un reflet de 7 I qui est lui même un reflet de I 7

    Je remarque que la solution du code est bien donnée par les eaux du Toule… par les eaux de l’Aquarius.

    Je remarque aussi que l’on a du coup
    (12+5) + 20 + (15 + 1 + 1) + (12 + 5) soit
    17 + T + 17 + 17 : le T central est cerné de « 17 »

    POINT APRES LES i :
    Sur le scan de L’ETOiiLE que Rom met si aimablement à notre disposition, on discerne, après les deux i qui sont des I (1) romains, le point ou losange de doublement. On obtient alors directement un résultat final de 17, et non 71, puisque:

    L’ E T O I I . L E
    (12 + 5 + 20 + 15 + 1 + 1) * 2 // 12 + 5 donc
    108 // 17
    donc 9 // 8
    et 9 + 8 = 17 !

    Et voilà le travail… Merci à Rom d’avoir exposé les éléments permettant ce décodage ;-)

Répondre à Rom Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *