L’As de Coupe

On reconnaitra ici l’abbé Suger, le créateur du Tarot, selon votre serviteur naturellement. Cette image est une reproduction d’un détail d’un vitrail restauré de la chapelle de la Vierge de la cathédrale Saint-Denis. Je lui ai adossé l’image de l’As de Coupe, un beau reliquaire du XIIe siècle qui prend la forme d’un palais. Ce n’est pas un modèle classique de reliquaire. D’habitude ces pièces hautement ouvragées prenaient la forme, stylisée, d’une église. Mais le bon abbé était un maître du symbolisme. Le Palais est un des significateurs du secret (Voir Le dictionnaire des symboles). Il n’est également pas anodin de mentionner dès maintenant que le mot palais était celui employé par les Templiers pour désigner le réfectoire de leur maison cheftaine à Jérusalem. Nous allons revenir sur les Templiers.

Suger a également placé deux serrures, au lieu d’une seule, sur les flancs de son reliquaire. À nous de trouver la ou les clés de cet édifice… codé. J’y vois pour ma part une allusion au code secret du Tarot.

Ce palais est doté de tours qui rappellent la forme des cheminées de cuisine de l’époque.

Inversé, l’Arcane nous propose un cube surmonté d’un dôme. Les cheminées se retrouvent dès lors au sous-sol et on comprend qu’on a maintenant affaire à des puits. Le cube surmonté d’un dôme était une image familière pour les moines bénédictins du XIIe siècle. On retrouve un tel graphisme sur le côté pile de la médaille templière.  Il s’agissait d’une représentation de la maison cheftaine des templiers à Jérusalem, le Dôme du Rocher, le Temple justement.  Rappelons que l’historien Alain Demurger signale que l’abbé Suger, à l’instar de Bernard de Clairvaux et de Pierre le Vénérable, était un des protecteurs en Occident de cet ordre religieux et militaire qui était basé Outremer.

Un élément de symbolisme templier se retrouve donc, comme dans l’As d’Épée (qui met en scène une épée templière), sur l’As de Coupe.

Les trois petits volets qui se trouvent à la base de l’édifice, du reliquaire, sont des bouts de tissu qui entraient en contact avec les ossements sacrés ou autres reliques contenues à l’intérieur. Ce lien indirect entre les reliques et les fidèles permettait à chacun de communiquer avec le sacré sans à avoir à exposer à chaque fois à l’air libre le fragile contenu. On ouvrait cependant le contenant pour le seigneur du lieu ainsi que pour tout autre membre de la noblesse qui en faisait la demande.

J’ai ajouté un article complet sur l’As de Coupe.








Print Friendly, PDF & Email

À propos de Rom

Je me nomme Marc Olivier Rainville. Je suis connu sous le nom de Rom depuis mes débuts dans la Tarotsphère en 1998. Je suis Bachelier en Animation et recherche culturelle, mineure en Histoire de l’art, de l’Université du Québec à Montréal (Promotion 1982). Je m’intéresse à l’histoire du Tarot depuis 1985. J’ai eu la chance de bénéficier d’un concours de circonstances favorables qui m’a permis d’approfondir mes recherches sur le sujet. J’en livre le fruit ici.
Bienvenue sur Tarotchoco !

Ce contenu a été publié dans Le code secret du Tarot - Le site de Rom. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Découvertes de nouveaux blogues québécois!



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *