Reyne de Deniers – TdM de Nicolas Conver (éd. bicent. Camoin)


REYNE°DEDENIERS: 18+5+5 (x 2)= 56. 5+5+9+5+18= 42. 56+ 42= 98. 9+8= 17. La position de départ de cette reine dans la Grande Roue du Tarot est l’Arcane XVII.

Une description de l’historien Louis Gillet devrait suffire à établir l’origine de cette image. Il s’agit d’un des tableaux illustrant Vices et Vertus dans les médaillons des cathédrales de Chartres et d’Amiens. «La Luxure est une femme parée, trônant, tenant un sceptre et, sa toilette faite, se souriant dans un miroir. Ces insignes disent tout : le sceptre, le pouvoir invisible, la royauté des femmes ; le miroir, c’est leur vanité, leur infinie séduction, les ressources et les pièges de leur coquetterie.» [1] Il n’est peut-être pas inutile cependant de rappeler qu’une femme tenant un miroir est également une des allégories pour la Vérité…

Voici une autre représentation de Luxure qui nous vient de la rose de Notre-Dame de Paris :

Notons que sous son denier/miroir, la Reyne de Deniers tient dans sa main un peigne. Un accessoire à la main d’un personnage issu d’une image du Moyen Âge nous signale souvent que nous sommes en présence d’un/e martyre et de l’instrument de son supplice. Saint Blaise, par exemple, a quitté ce monde aux mains de tourmenteurs qui le coiffèrent sans ménagements d’un peigne de fer. Saint Blaise est le patrons des maçons mais aussi des cardeurs et des tisserands.

Nous sommes en présence ici d’une dame. Et peut-être est-ce un peigne d’or qu’elle tient à la main… Le peigne est l’instrument de toilette que l’on utilise de préférence devant son miroir, surtout si on est avenante. La Reine de Deniers est bien la seule qui semble se soucier de sa coiffure dans ce jeu de cartes. Elle correspond en tous cas à la description que fait la tradition astrologique de Vénus/Aphrodite, souvent représentée avec un miroir. Et le peigne d’or a une signification symbolique toute particulière. Il représente le sexe féminin. Peigne en latin se dit pecten, qui signifie aussi pubis. Le grec et l’italien utilisent également le même mot pour désigner peigne et pubis.

Il y a une figure païenne qui figure en bonne place dans l’imaginaire chrétien du Moyen-Âge. Il s’agit de la Sirène. L’Église lui a fait une chasse sans merci car derrière elle se cachait une divinité païenne trop populaire, Aphrodite. Il y a plusieurs types de Sirènes : femmes-oiseaux, femme-serpents, femmes-poissons… Cette dernière a comme attributs le peigne d’or et le miroir !

Sirène- Bestiaire Der Naturen Gloeme XIIIe s.

Le miroir a été attribué à la Sirène à cause de son association à Vénus/Aphrodite.

Le profil de cette reine est le même que celui que l’on retrouve dans la lune de l’Arcane XVIII. Quelques notions de psychanalyse vont nous être utiles ici.[2] La Sirène est une figure lunaire et vaincue. Notre Reine de Denier ne règne pas. Son pouvoir est ailleurs. Le sceptre lui tombe des mains. Le roi solaire prend toute la place. Le christianisme recouvre le paganisme comme la musique de la lyre d’Orphée recouvre le chant des Sirènes poissons. C’est après cette défaite solennelle que les dieux de l’Olympe leur accordent leurs accessoires.

Ceux-ci, à nouveau, sont le miroir ou le denier et un peigne à quatre dents. Lorsque l’on traduit ces mots en latin, des similarités apparaissent :

Denarius, dens

speculum, pecten

De plus, on peut déplacer par association les dents du peigne à celles du denier. Le denier a en effet des rouages, des dents. Ce denier est un miroir. C’est maintenant le miroir/speculum qui a des dents. Speculum était utilisé comme titre de livres en latin à destination des princes et de leur entourage. Ils évoluent pour devenir des encyclopédies. On appelait ces livres, ou speculum, les miroirs des princes. Ils prennent ce nom au XIIe siècle.

S’il est une chose que la présence symbolique de dents aux côtés de livres cachés signale à notre attention, c’est bien que ces livres sont, justement, cachés! Ou codés… Car ces dents sont d’abord et avant tout celles de la clef! Un livre à clef… On constate d’ailleurs la présence d’une serrure dans son œil.

Cette clef peut être la réponse à une question. La divination par les miroirs était fort populaire au Moyen Âge. On la nomme la catoptromancie. ¨L’emploi du miroir magique correspond à une des plus anciennes formes de divination. (…) Pythagore, selon une légende avait un miroir magique qu’il présentait à la face de la lune, avant d’y voir l’avenir (…)¨ [3]

C’est bien ce que nous avons ici. Le miroir de la Reyne de Deniers fait face à son visage. À nouveau, ce visage est le même qui se retrouve dans le luminaire de l’Arcane XVIII, La lune. L’abbé Suger qui connaissait sûrement la légende vient d’illustrer pour nous une des grandes préoccupations de son temps. Peut-être y-avait-il une noble dame de son entourage qui faisait figure de pythonisse.

Le miroir est également une image de l’âme. On dit aussi de lui qu’il est le symbole… du symbolisme. [4]

La Reyne de Deniers est un ensemble codé éminemment cohérent. Tout comme le Tarot. Nous en sommes aux miroirs donc aux retournements. En retournant cette lame de Tarot et en la plaçant devant un miroir, on peut constater que l’inscription Reyne de Deniers se lit aussi facilement, retournée, à rebovrs (78). C’est un palindrome.

REYNE ° DEDENIERS

S-REINE-DE-D ° ENYER ! Reine de Denier se lit dans les deux sens. En français, bien sûr. Il fallait avoir l’œil. Signalons également la présence d’un point au centre du denier, une pupille à n’en pas douter puisque l’œil de la Reyne se reflète dans son miroir. Décodons maintenant la nouvelle équation :

SREINEDED ° ENYER : (18+5+9+5+5) x 2= 84. 5+5+18= 28. 84+28=112?

Il faut se reporter à l’Arcane IV, l’emperevp. L’EMPEREVP: 12+5+13+16+5+18+5+22+16= 112. Que voit donc la Reyne dans son miroir? Le Roi de Deniers bien sûr! Il est bien assis et elle l’observe du coin de l’œil, à travers la serrure peut-être. Il a les genoux croisés, comme L’empereur dont il a l’allure.

Cette reine n’a certainement pas livré tous ses secrets. Les quelques éléments qui précèdent sont une tentative de la situer dans son contexte historique.


[1] Louis Gillet, La cathédrale vivante, p. 255

[2] Argumentaire de la psychanalyste Csilla Kemenczei. Propos tenus lors d’une conférence donnée à l’occasion du 30e anniversaire de la Société belge de Psychologie analytique Carl G. Jung

[3] Le dictionnaire des symboles, p. 637

[4] Id.








Print Friendly, PDF & Email

À propos de Rom

Je me nomme Marc Olivier Rainville. Je suis connu sous le nom de Rom depuis mes débuts dans la Tarotsphère en 1998. Je suis Bachelier en Animation et recherche culturelle, mineure en Histoire de l’art, de l’Université du Québec à Montréal (Promotion 1982). Je m’intéresse à l’histoire du Tarot depuis 1985. J’ai eu la chance de bénéficier d’un concours de circonstances favorables qui m’a permis d’approfondir mes recherches sur le sujet. J’en livre le fruit ici.
Bienvenue sur Tarotchoco !

Ce contenu a été publié dans Divers. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Découvertes de nouveaux blogues québécois!



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *