La crise du logement au Canada

Le rapport de l’émissaire de l’ONU est finalement disponible. Il blâme sévèrement le gouvernement canadien. Voici quelques extraits d’un article du journal Le devoir.

«Le Canada était reconnu mondialement pour ses politiques et programmes de logement avant-gardistes. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Il y a eu une importante érosion des droits au logement au cours des deux dernières décennies», a-t-il ajouté, notant que la «crise» a des «impacts dévastateurs» sur la vie de milliers de femmes, hommes et enfants. (…) Ainsi, il invite entre autres Ottawa à développer et à financer une stratégie pancanadienne du logement; à financer la construction de logements sociaux d’un bout à l’autre du pays; à appuyer les groupes de défense des sans-abri et des mal logés; et à s’attaquer au problème du logement chez les Premières Nations. (…) Il donne l’exemple de Montréal, où le nombre de sans-abri ne cesse de croître et où l’embourgeoisement de certains quartiers pousse les plus pauvres hors de leur logis. «Il y a des questions à poser sur l’aménagement urbain», a fait valoir le rapporteur spécial de l’ONU, qui plaide en faveur de politiques de logement basées sur les besoins des personnes plutôt que sur des conceptions mercantiles.

Logement








Print Friendly, PDF & Email

À propos de Rom

Je me nomme Marc Olivier Rainville. Je suis connu sous le nom de Rom depuis mes débuts dans la Tarotsphère en 1998. Je suis Bachelier en Animation et recherche culturelle, mineure en Histoire de l’art, de l’Université du Québec à Montréal (Promotion 1982). Je m’intéresse à l’histoire du Tarot depuis 1985. J’ai eu la chance de bénéficier d’un concours de circonstances favorables qui m’a permis d’approfondir mes recherches sur le sujet. J’en livre le fruit ici.
Bienvenue sur Tarotchoco !

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Découvertes de nouveaux blogues québécois!



8 réponses à La crise du logement au Canada

  1. Rom dit :

    Tu sais avec le réchauffement climatique… Mais bon. En fait c’est moi qui devrais déménager. Ici, on vend le fromage en tranches de 100 grammes tellement il coute cher. Et je ne parle même pas du pinard!

  2. C’est au sud-est et je suis au sud ouest, mais c’est à vingt kilomètres à peu près, j’y vais souvent.
    Mon homme n’est pas un fan du froid (contrairement à moi), donc pour le Canada j’ai du mal à le convaincre :o)

  3. Rom dit :

    J’ai également une fidèle correspondante dans la banlieue de Toulouse, à Blagnac plus précisément. C’est dans ton coin? Je remarque que ton trois pièces coute plus cher en dollars américains! Le dollar canadien a subi une poussée de fièvre. En moins de deux ans, il s’est amélioré de 40% par rapport à la devise américaine. En ce moment, un dollar canadien leur coute près de $1.04…
    En tous cas, en ce qui te concerne, ça me semble assez cher payer, en effet. Tu devrais peut-être songer à t’acheter une cabane au Canada:)
    Rom

  4. C’est génial comme système, bravo ! Ici les HLM privilégient les personnes en CDI depuis au moins six mois (contrat à durée indéterminée), et dans ma ville de Toulouse (quatrième de France prisée par les parisiens), je paye un 3 (en France on dit un T3 ou F3) 871,630 CAD ou 902.15 $. Et il est considéré comme pas cher ! Il ne comprend ni l’eau ni le chauffage. En fait non, je suis un peu excentrée dans la banlieue en plus.

  5. Rom dit :

    Il s’agit d’un regroupement de locataires qui font une offre d’achat au proprio de leur immeuble. Si elle est acceptée, le gouvernement participe aux frais de rénovations. Les locataires deviennent copropriétaires et forment une association à but non lucratif pour gérer la coop.
    Le programme s’applique également pour des mal logés qui décident de faire construire un immeuble.
    Dans tous les cas, le gouvernement participe au financement de l’hypothèque.
    La plupart des coops offrent des logements dits subventionnés ou le locataire ne paye pas plus que 25% de son revenu mensuel. C’est mon cas.
    C’est ce qu’on appelle du logement social. Mais il y a également les programmes de HLM. Les locataires payent un loyer comparable mais ne participent pas à la gestion de l’immeuble.
    Si pour une raison ou une autre mon logement ou ma coop étaient décertifiés, le loyer d’une unité semblable à la mienne passerait au côut du marché. Dans mon quartier, un 4 et 1/2 se loue $650.00 facile et ca ne comprend pas le chauffage. Il y a dix ans, le même se louait au plus $350.00…

  6. Wow ! Amazing ! Qu’est-ce qu’une coopérative d’habitation ? Tu fais de la colocation ?

  7. Rom dit :

    C’est pas si pire quand même, quand tu trouves une coop d’habitation. C’est mon cas. Avant je vivais dans un taudis, un petit 2 1/2. Quand j’ai quitté, le proprio n’a même pas remis le logement sur le marché. Il s’en sert pour entreposer ses cochonneries. Il y avait des champignons dans les murs. J’étais malade à chaque hiver. Aujourd’hui, j’ai un 4 1/2 chauffé qui ne me coûte que $229.00 ! Mon fils a sa chambre et j’ai la mienne.

  8. Rhaaaaaaaa j’étais à deux doigts de venir vivre à Montréal, c’est ballot…

Répondre à Loïs de Murphy Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *